Vu dans la presse

Published on juin 9th, 2017 | by MagMozaik

0

Des “Parenthèses” bien ouvertes

Après un passage remarqué et remarquable au sein d’ « Arcad » à Anglet, Virginie Baro vole, depuis 7 mois, de ses propres ailes en proposant aux artistes dont elle souhaite valoriser le talent confirmé ou émergent, tout un dispositif élaboré de services, d’accompagnement, de promotion et de diffusion d’oeuvres ou de projets. Une démarche intelligente pour un concept d’excellence et une signature: V. Un regard pointu et pertinent sur des créateurs en devenir à rapprocher d’autres initiatives aux ambitions similaires développées notamment par Art’Is dans des lieux éphémères, en entreprises ou villas.

Forte d’une formation en Arts Plastiques, Virginie Baro fonde son approche des artistes sur un travail complexe de globalité qui prend en compte la compréhension des techniques de création, la personnalité et la démarche propres à chaque créateur. Il ne suffit plus aujourd’hui de savoir simplement vendre des oeuvres à des clients fidélisés. Encore faut-il en restituer toute la densité et le sens à travers des outils d’accompagnement, de promotion et de diffusion adaptés à un marché de l’art en pleine mutation, notamment via le numérique et la démultiplication des processus  et supports d’achat. Valoriser un artiste relève de dispositifs très élaborés d’écriture, de formations, d’accompagnement de projets ou d’aides administratives et de systèmes originaux de vente qui mobilisent des qualités rédactionnelles très ciblées, de la mise en forme de biographies ou de projets, formatés pour les appels à création en missions pointues à la carte, à la promotion/diffusion d’oeuvres sélectionnées , mises en ligne ou proposées en événements physiques éphémères.

La structure professionnelle imaginée par la jeune femme nait d’une évaluation des nouvelles évolutions du marché de l’art dont le fonctionnement se restructure autour du numérique, source de diversification constante et mouvante des processus d’achat. Jusqu’il y a quelques années, les galeries occupaient une place centrale et déterminante dans la diffusion des oeuvres. Les plus solides s’assuraient d’exclusivités d’artistes qui, moyennant une production réservée à une clientèle bien cernée et fidélisée, percevaient un salaire conséquent leur permettant de créer sans pâtir de situations précaires, dans des conditions idéales et sécurisantes . Aujourd’hui rares sont les espaces à pouvoir maintenir de tels dispositifs et plus rares encore ceux de taille à affronter la concurrence féroce des nouveaux canaux numériques de diffusion et de vente qui autorisent des rayonnements immédiats à l’international, donc des ventes en instantané. Conseillant à ses protégés de refuser les contrats d’exclusivité réducteurs, Virginie Baro se définit comme professionnelle de la promotion et non comme agent artistique. Une souplesse de fonctionnement qui garantit la liberté des créateurs. Son activité s’appuie ainsi sur deux sites virtuels aux effets démultipliés par les réseaux sociaux toute l’année: L’e-store www.virginiebaro.com et la plateforme de vente www.artsper.com. Des outils qui lui offrent l’opportunité de faire connaître ses « poulains » mais aussi d’informer et d’attiser la curiosité d’une clientèle qu’elle veut très ouverte et sans exclusive d’aucune sorte, qu’elle soit institutionnelle ou privée. De même, elle s’oriente résolument vers une offre artistique éclectique, mêlant arts plastiques purs et design, s’adossant de fait au large réseau de prescripteurs que nourrissent les architectes et décorateurs d’intérieurs, très demandeurs de pièces uniques sur leurs chantiers personnalisés.

Ses choix- on pourrait même oser le terme de coups de coeur qui lui ressemblent et reflètent son goût intuitif très sûr-  misent sur la transversalité des créations qu’elle accueille et décide de propulser. C’est là qu’intervient sa manière si particulière de présenter ses créateurs, à travers des opérations éphémères qui mettent des pièces sélectionnées en situation réelle: « Les parenthèses de V. » L’idée consiste à présenter une échantillon très fin et ciblé de pièces dans des conditions proches de l’usage quotidien qui en sera réellement fait dans les lieux de vie des acheteurs potentiels. Placées sur une table ou au mur, dans un salon ou dans une chambre, les oeuvres se laissent ainsi approprier et imaginer en une future vie et en futurs regards. Une approche intimiste qui rend aux créations tout leur sens. Du 9 au 11 juin, de 14h00 à 21h30, 9 artistes investiront la Villa Clara, exceptionnelle demeure art déco de 1926, édifiée face à l’océan sur le littoral angloy. Un somptueux écrin architectural et de verdure sertissant les pépites inventives de Max Boufathal (sculpteur), Abel Bourgeois (photographe), Nicolas Canu (peintre), Blandine Galtier (graveuse), Olivier Garraud, Marie Labat et Jana Lottenburger (plasticiens), Eliane Monnin (céramiste) et Camille Piaton (ébéniste designer). L’occasion de découvrir des artistes d’exception in situ, de comprendre leurs démarches et, le samedi, dès 17h00, de partager un moment convivial autour de tapas et d’un verre de vin proposés par le caviste Romuald Jacinto, l’homme aux plus de 1500 références gouleyantes et savoureuses. Une proposition artistique originale, à suivre de toute évidence au fil de moments éphémères appelés à se multiplier.

Pour en savoir davantage: www.virginiebaro.com et www.villa-clara.fr

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 48 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier