Coups de coeur

Published on juillet 21st, 2016 | by MagMozaik

0

Des festivals de belle résistance!

A l’heure où fleurissent en nos rivages des festivals surdimensionnés, sans autre fil rouge que le sacro-saint euro, et des manifestations estivales locales, celles-ci plus légitimes, mais disposant de larges moyens financiers et humains, il est urgent, et réconfortant, de signaler quelques événements locaux qui fonctionnent à l’engagement et à la passion, sans pour autant disposer de budgets outranciers, mais dans lesquels les artistes du monde entier s’impliquent quasiment gratuitement avec une étonnante générosité. Errobiko Festibala et Festilasai sont de ceux là qui résistent, par un ancrage identitaire fort, un choix volontaire de métissage culturel et une belle brochette d’artistes de toutes disciplines, à une certaine idée de l’uniformisation culturelle où le cadre géographique n’est que prétexte à placages les plus divers et controversés. Un militantisme artistique auquel nous adhérons résolument!

Errobiko Festibala: A la croisée des cultures du monde

Voilà plus de 20 ans qu’Itxassou accueille ce petit bijou initié par l’association Ezkandrai, la famille Achiary et Jean-François Larralde en tête! Une perle rare bien ancrée dans le paysage de notre territoire, terre privilégiée s’il en est de métissages culturels et artistiques. Un festival qui met en avant tous les langages pluriels car il n’existe qu’une race au monde, la race humaine riche de toutes ses diversités et de toutes ses couleurs. Un événement unique qui se décline en concerts, balades, danses, chants, bals aux musiques du monde, échanges musicaux et poétiques, créations, mais aussi en stages et rencontres, conviviales, subtiles, harmonieuses, et en palettes picturales.

Quelques jours précieux et rares, du 21 au 24 juillet,  à la croisée de l’identité basque et des cultures du monde entier, qui tissent, en délicats fils d’humanité, des échanges d’une qualité incomparable, avec en vedette cette année, un habitué du festival, Danyel Waro, extraordinaire défenseur du Maloya réunionnais dans tous ses éclats sauvages et libres. Voix puissante et étincelante au rythme du kayamb. Le maloya, ce chant des anciens esclaves qui résonne d’accents créoles en une puissance chargée d’émotions et de dignité. Un artiste dont les résistances flamboyantes feront vibrer et frissonner le public samedi 23 juillet.

Parmi les rendez-vous incontournables, des temps forts récurrents et quelques nouveautés. Les 22 et 23, on retrouve à 14h00 le Kafe Zabalik, suivi à 15h00 de “Promenons-nous dans les bois”, tout en verbes ciselés. Cette année, à 17h00, les Batoutos, peuple de la relation poétique, plantent leur tente pour des rencontres en solos, duos, trios ou quartets, à travers le temps et les cultures du monde entier. 3 soirées de concerts haut en couleurs s’enchainent dès 21h30, les 21, 22 et 23,  pour s’achever en Batouto Bals, tout en créolité, qui vous entraîneront dans un tourbillon de danses, du forro au maloya en passant par le fandango, sur les rythmes de Xanki Irigoyen, Fawza Berger, Jordi Cassagne, Bastien Fontanille, Mehdi Caib et de nombreux guests!! N’oubliez pas de découvrir les stands d’artisans locaux, les divers ateliers de danse et autres conférences!!

Côté spectacles, une bien jolie balade au coeur de la Grèce le 21 juillet. L’opéra concret “La lumière Antigone” vous mène vers un univers ardent où danses et chants s’entrecroisent, fusionnent. Une création collective de Mai Ishiwata, Gaël Domenger, Julen et Benat Achiary et Pierre Vissler. Un voyage qu’illustrent Angelique Ionatos et Katerina Fotinaki. Le lendemain place au duo Joseba Irazoki et Benat Achiary pour se sentir “Vivants” en écumes de blues. Le Trio Emler, Tchamitchian et Echampard la jouent résolument jazz ensuite! Enfin le 23 juillet, les 7èmes tambours de la mémoire s’inscrivent en textures jazz du Trio Darrifourcq, Hermia et Ceccaldi, et surtout, en chants puissants de Danyel Waro. Une palette sonore riche de ses nécessaires différences qui sculptent la mémoire des peuples identitaires!

Côté Arts, le Festival ne serait pas aussi complet sans son exposition traditionnelle et fondamentales pour les échanges qu’elle génères entre artistes de toutes disciplines et collectionneurs. Petite rétrospective cette année de quelques créateurs ayant exposé en ce cadre: Goenaga, Christine Etchevers, Danièle Loisel, Emile Youmbi et Kely. Une pépite de festival qui a su, au fil des années, fédérer de nombreux partenaires institutionnels, associatifs et locaux, aux côtés des bénévoles, artistes et musiciens.

Pour toutes infos sur le programme, des dates, horaires et tarifs: www.errobikofestibala.fr

Festilasai, l'irréductible!

En 2005 naissait l’idée d’organiser un festival alternatif, porté par le Gaztetxe Mizanbu et l’Assosalai (Skate Park). Festilasai (contraction de festival et lasai qui signifie tranquille) poursuit, après 10 ans, son aventure, largement partagée par de nombreux acteurs de la vie culturelle et associative locale, mais aussi par un public de fidèles. Le concept? Valoriser la culture locale à travers les produits locaux et la langue basque en conjuguant talents du territoire et têtes d’affiches internationales. Un pari de la qualité qui ne se départit pas pour autant d’une politique de tarifs accessibles à tous (10 euros en pré-vente et 15 sur place). En 2015, les chiffres de fréquentation illustraient la belle réussite du challenge avec plus de 1200 personnes et 120 bénévoles passionnés.

Dans un contexte pour le moins problématique quand à la survie de multiples festivals partout en France, la belle énergie du festival ne faiblit pas, bien au contraire, comme un acte insolent de résistance. Il faut dire que la richesse  de ses événements, concentrés sur deux jours, les 23 et 24 juillet, en fait une manifestation d’exception et originale, à travers ses concerts, son contest de skate, son village lasai, son live paiting et ses shows artistiques. Mais son succès tient surtout à l’implication forte du bassin de vie du Moura, de ses associations très ancrées et actives au coeur de cet espace mais aussi des artistes et plasticiens locaux qui nourrissent Festilasai de leurs univers créatifs, tant à travers la performance Street Art qu’avec le concours d’affiches auquel ont participé cette années quelques 22 candidats!

Au programme: Le 23 juillet, dès 18h00, glisse de skate en extérieur et Street Art avec , entre autres artistes que nous connaissons bien et apprécions, Aurélien Desbois, dit “Delwood”, Mathieu Piffeteau, ” Babinch”, Alexis Lainel, “Plot”, Douglas, Zee, Flow, Julien Richard, Le jeune, CR2 et Sarah Pasternak. Côté scène, Aléa Lyrique (hip hop), Anthony Joseph &The carribean roots (afro-jazz), The Bellrays (punk rock et soul), Polygorn (électro rock) et en lien animation, DJ Django (black music).

Le dimanche, carte blanche donnée à Monsieur Botibol (folk rock). Festivalai s’inscrit aussi dans une démarche  éco-responsable et de prévention axée sur la réduction des nuisances sonores et l’abus d’alcool ou de drogue, grâce à la présence de Bizia, de Médecins du Monde et de Captain Scoot qui ne manquera d’affirmer: “Celui qui boit, c’est celui que ne conduit pas!”

Pour toutes infos plus précises: www.festilasaibiarritz.com

Voilà de quoi vous occuper largement en vous cultivant de la manière la plus festive qui soit!!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 90 Times

Tags: , , , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier