Coups de coeur

Published on juin 1st, 2015 | by MagMozaik

0

Des assises insolites

L’intime conviction, ce fil ténu de la conscience humaine, était au cœur des débats de la pièce de théâtre « 9 » de Stéphane Guérin, présentée à deux reprises (vendredi 29/05 et samedi 30/05) par la compagnie du petit théâtre de pain. La salle polyvalente d’Ispoure «  Faustin Bentaberry », du nom de l’un des plus grands musicien, danseur et chorégraphe Basque, inaugurée le 30 mai 1998 par le maire de la commune François Maitea, faisait donc office de Cour d’Assises. Sur une mise en scène de Manex FUCHS, et utilisant un dispositif trifontal enserrant les 9 jurés dans un décors minimaliste, ce huit clos judiciaire d’une heure quarante cinq a plongé 250 personnes dans les mécanismes du délibéré aboutissant au verdict final. Coupable… ou non Coupable ?



Une création originale pour une interprétation magistrale.

– La thématique de la présomption d’innocence a été le synopsis de nombreuses réalisations cinématographiques. En 1957 Sydney LUMET réalise « Douze hommes en colère » ou un jeune homme accusé de parricide risquant la peine capitale voit en Henry Fonda son Deus ex machina qui fera dérailler le convoi des certitudes. La recherche du coupable se trouve aussi au centre du Film de Julien Duvivier, Marie-Octobre (1959) où, 15 ans après la fin de la guerre, une directrice de maison de haute couture (Danielle Darrieux) invite à dîner 10 membres de son ancien réseau de résistants, dont le Chef, Castille, a été dénoncé par l’un d’entre eux.

– Les comédiens de la troupe du Petit Théâtre de Pain ont vu ces films et on aurait pu, à juste titre, penser à une simple adaptation théâtrale, exercice courant de nos jours. Mais la force de « 9 », création originale, est ailleurs…

IMG_7759

Une Méthodologie qui instille le dialogue entre le créateur et les comédiens.

– Stéphane Guérin et les acteurs de la troupe ont entamé un essaimage mutuel, idées du créateur à l’aulne de l’univers exponentiel d’une troupe d’acteurs qui, depuis prés de 20 ans, ne cessent d’ouvrir la boite de Pandore de leur immense talent. Ce délibéré se drape de Catharsis, principe Aristotélicien consistant, via une représentation artistique à se libérer de ses émotions pour mieux atteindre une forme de libération. Le verbe en sera donc l’archet .

– Les jurés vont parler…d’eux. Leur vie, leur passé, le magnifique égocentrisme, marque de fabrique de ce que nous sommes, panel d’individus placés devant leur quotidien, cymbale atone, extrayant leurs souvenirs comme des gueules noires foreurs de préjugés. De la fragilité ? sans nul doute! De la pudeur aussi, car les dialogues évitent le pathos de l’effet de manche systématique, du mécanisme éculé de la dramatisation à outrance, barnum de bonnes intentions pour chapiteau de bas étage. « 9 » renvoi directement à nos peurs. La peur de se trouver des points communs avec l’autre, cet assassin, ce miroir sombre de nous qui, forcément, ne peut nous ressembler….

Des comédiens habités pour une pièce qui décape jusqu’à l’os.

– Lors de l’interview de Manex FUCHS, metteur en scène, la figure emblématique de Jean Vilar, comédien, créateur du Festival d’Avignon, directeur du TNP (théâtre National Populaire) ne pouvait qu’apparaitre en filigrane sur l’inventaire à la Prévert de son incroyable Odyssée artistique. On retrouve dans le Petit Théâtre de Pain, comme dans le TNP, les mêmes passions, le même désir de transmettre, de partager généreusement avec le public, quelque soit le lieu, la rue, les champs….

IMG_7758

– Le verdict est tombé dans un silence assourdissant..Oxymore d’une justice humaine. A la fin de la pièce, le public se lève, et réserve à la troupe du Petit Théâtre de Pain une belle surprise, un moment de grâce, une offrande du cœur. Dans cette salle Faustin Bentaberry, une ovation, en forme de verdict, est montée peu à peu vers ces comédiens qui, depuis plus de 20 ans nous rappellent que le théâtre populaire est avant tout celui de l’Excellence. Débutée en 2014 au Théâtre d’Anglet, la tournée se poursuivra tout au long de l’année 2015, avec une halte en Avignon, pour ce qui est déjà considéré, par les festivaliers, comme un événement majeur et incontournable de l’année 2015.

“9” de Stéphane Guérin, par le petit thêatre de Pain. Mise en scéne Manex FUCHS, Avec : Mariya Aneva, Cathy Coffignal, Eric Destout, Ximun Fuchs, Héléne Hervé, Guillaume Méziat, Fafiole Palassio, Jérome Petitjean, Tof Sanchez.

Scénographie et Lumiére : Joseph Duhau

Son : Peio Sarhy

Conseil Artistique : Georges Bigot

Chorégraphe : Philippe Ducou

Musique : Asier Ituarte

Costumes : Vincent Dupeyron.

Crédit photos: PTDP

Liens utiles

www.lepetittheatredepain.com

www.agence-adequat.com/fiche.cfm/150-0_572159_stephane_guerin.html

Xavier HEUTY, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 214 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier