Coups de coeur

Published on août 16th, 2016 | by MagMozaik

0

De passage en vagabondage…

Pour son grand retour d’artiste et d’écrivain, Mixel Courougnon a choisi un écrin intimiste où sertir des oeuvres d’une richesse et d’une force rares qui résument l’essentiel de ses combats. Le Café Délice, nouvel espace à deux pas de la place Louis XIV à Saint Jean de Luz, tout en suaves cafés, thés ou pâtisseries, accueille quelque 40 tableaux dans une ambiance gourmande et subtile jusqu’au 30 septembre prochain, de 8h00 à 19h00. Une ville natale chère à l’artiste.

Au fil des murs blancs du Café Délice défilent ces hommes et ces femmes, et même l’artiste, de passage, en de si nombreux pays de choix ou d’exil, représentés sous les angles sensibles et multiples des rencontres ressenties et des regards si différents. Regards dans la même  direction , complices, fuyants, ardents, intenses, hurlants. Visages de séduction, de leurre, de colère ou de révolte, de résistance et de dignité, déchirant les voiles de l’ hypocrisie ou du mensonge en des contrées de fascisme, de dictature et d’intolérance indicibles. Tous ces visages témoignent d’une multitude de chemins croisés et des lieux de délice ou de souffrance, improbables. Ils sont des mouvements, des cris arrachés d’un seul corps, dans la solitude froide de prisons, ou de plusieurs, des amours, des amitiés, des abjections ou des sérénités, des silences assourdissants. Ils sont des uniques, des duos, des multiples. Ils sont des humains, des autoportraits où se reflètent le regard des autres, des amis, des amants, des frères d’arme, mais aussi les époques vécues, d’ombres cinglantes et de lumières somptueuses, d’exils avec pour seuls ports d’attache, d’ancrage, ces visages, comme des ponctuations de vie, de vagabondages, récurrents, essentiels, évidents et nécessaires.

Des visages d’une vie exacerbée, traversée avec intensité, qui cisèlent, avec ses écrits-mémoires, aujourd’hui, les structures de son esprit, fines, complexes, torturées ou apaisées par moments, mais toujours en éveil contre tout ce qui menace la liberté de se dire, de se vivre, de se penser avec infiniment de doutes, de douleurs ou de certitudes absolues de ce qui est juste et digne de se souvenir…

Intensité et cruauté des couleurs, ou des traits brossés avec impétuosité, sur des fonds noirs, beiges, bistres, blancs, pour des portraits d’où jaillissent les regards flamboyants… Harmonies complexes de couleurs où se fixent des traits d’esprits comme autant de strates cérébrales nourries d’un parcours et de talents multiformes…

Passage, Les cris, Moments inachevés, Le Viol, autant d’expositions ou d’ouvrages qui déclinent, en registres de vérités pas toujours agréables à encaisser, les urgences de rébellions. Une exposition unique qui en annonce une autre, plus cruelle, brutale, abrupte en 10 panneaux de bois d’un mètre sur un mètre pour mieux encore hurler la nécessité vitale d’exister contre toutes les barbaries et les obscurantismes actuels. Nous en reparlerons…

Café Délice, 7 rue Tourasse à Saint Jean de Luz , www.cafedelice.fr

Pour mémoire: http://www.magmozaik.com/le-libre-artiste/ et http://www.magmozaik.com/le-libre-artiste-suite/

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 137 Times

Tags: ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑