Coups de coeur

Published on novembre 10th, 2015 | by MagMozaik

0

De la vraie vie de Scapin!

On connait, bien sûr, Scapin, ce personnage napolitain que le génie de Molière sut s’approprier. Mais Scapin s’appelait en fait Gennaro Costagliola. L’occasion, pour les fines mouches des Lézards qui bougent, de révéler, en une superbe création, présentée en janvier à Bayonne, co-produite par la Scène Nationale et Babel 64, puis en tournée pour quelque 69 dates et 19 villes françaises de janvier à mai 2016, de raconter, en mode semi imaginaire, semi réel, l’histoire d’un personnage qui se raconte, au crépuscule de sa vie, en ses rêves inassouvis et un passé moins glorieux! Une pièce écrite par François Douan, mise en scène par Kristian Frédric et interprétée avec verve par Jacques Nouard. L’occasion aussi d’un riche travail en amont impliquant, à travers de multiples ateliers créatifs, les habitants de multiples quartiers de Bayonne en collaboration avec les Maisons de Vie Citoyenne de la ville. Focus sur une expérience née voici 2 ans! Un vrai défi où de nombreux modes d’expression prennent toute leur place comme une marque de fabrique de la Compagnie en un tableau dense et diversifié où s’inscrit la pièce en elle-même. En route pour l’année 1675…

Histoire d'une création

Il aura fallu 2 ans, époque de dispartition du très beau Festival des Rencontres Improbables, au bout de 8 ans d’un bel imaginaire créatif, pour que naisse et vive la nouvelle idée originale de Kristian Frédric. Un projet d’emblée placé au coeur de la vie des quartiers bayonnais et impliquant ses habitants, sous la houlette de nombreux intervenants de cette pièce de territoire. Le thème? Essayer de comprendre et de faire se raconter, à travers ses illusions, ses regrets, le contexte de son époque ou de sa ville, Naples, le personnage qui inspira à Molière son personnage de Scapin, réputé fourbe!

une époque où Naples appartenait au Royaume d’Espagne, où Louis XIV revendiquait le contrôle de l’Europe contre cette puissance là, où ses galères sillonnaient la Méditerranée, donnant naissance à bien des histoires épiques et fantasmagoriques… Un temps où le visage économique du monde donnait la part belle aux Pays Bas, où Amsterdam, plaque tournante du commerce, inventait de nouveaux outils financiers… Un temps où la Commedia dell arte transformait en héros et personnages symboliques des hommes et des femmes bien réels, entrainés dans le tourbillon d’une époque en pleine mutation.

Gennaro Costagliona retrouve, sous la plume de François Douan, sa vraie vie inscrite dans une époque que le projet, à travers de multiples ateliers, a décidé de rendre indissociable de l’homme et de son parcours fugace, parfois tragique, bien en deça de ce que l’histoire théâtrale en fera ensuite.

Il aura fallu 2 ans pour monter les financements, nourrir la création de mutiples ateliers et interventions d’habitants, inscrire leur travail au coeur de la ville et organiser une tournée  nationale d’envergure! 2 ans de riches et denses activités au terme desquelles les financements de la ville de Bayonne, du Conseil départemental du 64, du Gip-Dsu de l’agglomération, de la DRAC et de l’OARA ont permis l’émergence de cette co-production .

Une immersion au coeur de la ville

Deux ateliers originaux se sont développés autour de l’an de grâce 1675! Avec l’aide précieuse de Claude Labat, du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne, les archives historiques de la ville ont permis d’imaginer un journal (on devrait plutôt dire une gazette) de l’époque qui sera diffusé à 10 000 exemplaires sur les marchés de Bayonne pendant tout le mois de janvier. Un magazine qui a supposé un second atelier où former des crieurs publics et des chanteurs. 48 personnes de tous âges se sont rassemblés autour de Jacques Nouard pour apprendre à diffuser le journal et à entonner des chansons populaires des années 30 et 40 aux paroles revisitées en fonction du spectacle. Une belle animation qu’il nous tarde de découvrir !

Second dispositif mis en place: Un atelier de patine de décor installé, dès le 4 décembre, dans les ateliers municipaux de St Esprit par Olivier Proulx. Tous les jours, en 2 heures de travail, les volontaires pourront apprendre tous les secrets de fabrication d’un décor de théâtre in situ.

Enfin un groupe de photographes d’une dizaine de personnes a suivi toutes les étapes de la création en coulisses. Lors de la première à Bayonne, une exposition virtuelle de leurs clichés sera publiée sur le site de la pièce. Parallèlement, après lecture de la pièce, ils ont imaginé 1 à 3 photos que leur inspirait l’histoire. Une sélection de ces photos habillera les totems de la ville en janvier.

Par ailleurs, tout le mois, des rencontres avec les créateurs de sons et de lumières mais aussi avec l’auteur et le metteur en scène, seront organisées. Place ensuite à la tournée qui partira de Bayonne (Albizia et Polo Beyris) pour s’envoler vers Hendaye (Medi Zolan), Marseille (Théâtre Toursky), Avignon (Théâtre Le chien qui fume), Saint Jean de Luz (Auditorium Maurice Ravel), Fumel (Centre culturel), Le Bouscat (Ermitage Compostelle), Thenon, Terrasson , Sarlat et  Vélines en Dordogne (Centres culturels), Margencel (Collège Théodore Monod), Evian (Collège Rives du Léman), Bellevaux, Thonon les Bains et Excenevex en Savoie. 9 représentations sont en attente de de lieux et d’horaires en Isère.

Pour toutes infos: www.lavraieviede.com et www.lezardsquibougent.com

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

C’est avec la Scène Nationale du Sud Aquitain, jusqu’au 6 février , Polo Beyris!!

This Post Has Been Viewed 103 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier