Spectacles vivants

Published on août 29th, 2017 | by MagMozaik

0

Dantzaz Konpainia: Un tremplin d’arabesques

Dantzaz Konpainia, véritable plateforme de jeunes danseurs européens née à Errenteria, joue la double carte du dialogue culturel européen et du non moins indispensable atout majeur de la transfrontalité à travers divers dispositifs culturels et la structure du Ballet T, créé par le Malandain Ballet Biarritz qui offre à ces jeunes artistes un somptueux tremplin professionnel.

Un creuset expérimental où ceux-ci, toujours en situation de transit, le temps de se forger une belle expérience, rencontrent de jeunes chorégraphes, les uns et les autres affutant ainsi leurs talents en devenir et leur créativité. On a pu les voir maintes fois au Temps d’Aimer la Danse ou au Teatro Victoria Eugenia et très récemment revisiter, transposer, de façon magistrale, époustouflante, l’incroyable aventure d’Eresoinka dans une problématique très moderne du déracinement culturel. Hier, sur les tréteaux des « jeudis des jardins de l’océan » de Biarritz, ils réinventaient le jeu aléatoire « pierre, papier, ciseau » en se jouant de la culture basque profondément animiste, en une chorégraphie minimaliste, épurée mais très sensuelle et physique. Un brin de décalage, un nuage d’esprit culturel, un saupoudrage magique de virtuosité en devenir et un esprit de citoyens du monde que seul guide leur art en partage, tel est le cocktail flamboyant, un tantinet explosif de créativité que nous soumet à chaque instant cette compagnie hors norme! Vivifiant et jubilatoire.

Tonique et créative mosaïque que composent ces 12 danseurs (6 hommes et 6 femmes), venus de l’Europe entière, à peine achevée leur formation professionnelle! De Tenerife, Grande Bretagne Espagne, Etats Unis, République Tchèque, Italie, Pays basque, Angleterre, ils font de leurs cultures et de leurs approches corporelles différentes, des atouts complémentaires en un joli bouquet original. Ils ne parlent pas la même langue, mais leur gestuelle est leur vocabulaire et leur grammaire dont leurs corps sont les phrases et les styles transposés en mode chorégraphique dans le langage des créateurs ou de leurs propres virtuosités en devenir. Et cette énergie là fonctionne à merveille, tant est dense leur envie de se nourrir des autres et de roder leur talent tout neuf dans un cadre professionnel idéal, à l’ombre de la Dantzaz Konpainia et surtout du ballet T. Du haut de leurs quelque 18 ou 20 ans, leurs mouvements et leur coordination d’ensemble reste à perfectionner mais la grâce, la technique et la perfection des gestes sont bien là, en latence, qui ne demandent qu’à éclore, comme des chrysalides bouillonnantes à transformer en papillons rigoureux d’élégance et d’harmonie. Ils sont des écrins virevoltants d’où jailliront bientôt des pépites bien ciselées pour mieux souligner la personnalité artistique de chacun d’eux, vers d’autres horizons chorégraphiques.

Il en va de même des jeunes chorégraphes auxquels ils se mesurent au quotidien en équipes rares dont l’ambition première consiste à produire des spectacles novateurs en diable! Le Ballet T ne pouvait donc que soutenir cette compagnie née en 1990 à Errenteria, près de Donostia! Les expériences vécues en ce cadre se fondent sur la même volonté de travailler sur le processus de création d’une pièce chorégraphique, à partir du potentiel créatif de chaque danseur, en solo, en duo ou en groupe, laissant ainsi une part importante à l’improvisation, suscitée, mais néanmoins dirigée et cadrée, selon un fil conducteur propre à chaque chorégraphe. A l’actif d’Adriana Pous, directrice artistique, une multitude de productions en salles ou en extérieur, en des lieux de respiration ou d’inspiration tels que bars, stations de métro ou rues, et surtout la formation de grands talents qui réussissent à intégrer des compagnies prestigieuses telles que le Ballet National de Marseille, le Ballet Preljocaj-Pavillon Noir, le Ballet de Lorraine, Gauthier Dance, NorrDans, le Ballet de Nuremberg, le Scottish Ballet, le Ballet d’Europe, le Malandain Ballet Biarritz, les Ballets de Monte-Carlo entre autres! Excusez du peu. La structure, doublée depuis 2015-16 d’une maison de production à part entière, propose pour l’heure sa dernière création « Harri, Orri, Ar » (Pierre, papier, ciseau) à Sodela puis Donostia en septembre prochain. Une troupe de l’éphémère sur tous les fronts à suivre de près.

www.dantzaz.net/francais

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 18 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑