Coups de coeur no image

Published on octobre 4th, 2014 | by MagMozaik

0

Dans les coulisses d’un festival

Chaque année le Festival Biarritz Amérique latine enchante, par la diversité et la haute qualité de ses programmes, des adeptes de plus en plus nombreux et fidèles, au point que les capacités d’accueil de la ville ne suffisent plus à endiguer un flot croissant d'”aficionados”! Mais au delà des paillettes, des films, des débats, du village, des concerts, des rencontres littéraires, des expositions et des personnalités invitées, qui donc réalise la somme de travail, d’organisation, de compétence et de passion demandée toute l’année pour que les rouages de l’horloge fonctionnent à la seconde près?

Tous ceux qui vous guident, vous renseignent, font en sorte de rendre simple et agréable les séjours ou les accès aux spectacles. Tous ceux qui installent, puis désinstallent,  le village et l’ ont nettoyé toutes les nuits ainsi que d’autres espaces. Tous ceux qui accueillent et assurent la logistique des spectateurs, des scolaires, des équipes de films, des officiels, des journalistes ou des jurys, entre autres. Tous ceux, surtout, qui, toute l’année, sélectionnent environ 30 productions sur plus de 350 visionnées. Tous ceux qui, avec de prestigieux partenaires, imaginent, sélectionnent et concrétisent expositions, rencontres littéraires, rencontres universitaires, concerts de groupes musicaux. Bref, tous ceux et celles sans lesquels le festival ne gagnerait pas, d’année en année, en puissance et renommée nationale voire internationale, des plus humbles aux cadres décisionnaires, des présidents d’organisations ou organismes aux responsables municipaux.  Tout vous semble facile à mettre en oeuvre, car tout fonctionne à merveille, mais savez vous le nombre de mois nécessaires en amont pour que s’épanouisse une telle manifestation, par exemple? Savez vous les efforts à développer, à travers des partenariats multiples, en apports financiers ou en nature, pour équilibrer un budget de 700 000 euros environ? Vous montrer enfin les équipes de l’ombre, ces fourmis efficaces qui se fondent dans le décor et que l’on ne remarque jamais, sauf pour critiquer et râler si un problème survient, voilà notre envie. Tous le méritent amplement avec grand respect.

 DSC_0326(Jean-Marie Dupont)

Pour braquer les projecteurs sur ces inconnus indispensables, nous avons demandé à Jean- Marie Dupont, Président de Biarritz Festival de nous répondre, à bâtons rompus, avec toute la rigueur, la ferveur et l’humanité qui le caractérisent. Un entretien bref mais incisif, en pleine préparation de la soirée de clôture, au coeur du service de presse toujours sur la brèche depuis des mois, Margarita Alija en tête.

Une structure légère mais bien organisée

– 2 pôles s’articulent à l’année autour de 3 personnalités, véritables piliers d’un festival coordonné par Jean- Marie Dupont: Marc Bonduel, délégué général, sous contrat, car il gère d’autres festivals, et 2 salariées en CDI qui se vouent corps et âme à la manifestation. A Biarritz, Stéphanie Loustau, véritable perle rare  de l’organisation  qui, depuis 3 ans, assure toute la logistique et les liens avec la région et le conseil général. A Paris, en liaison étroite avec Marc Bonduel, Lucile de Calan supervise les contenus de programmation du festival, qu’il s’agisse de films, pour lesquels elle court les festivals d’Amérique latine pour en dénicher les joyaux, des expositions et tout autre événement connexe qui feront de la manifestation une belle réussite cohérente avec le pays invité, s’appuyant sur les réseaux de correspondants partout sur ce continent.

DSC_0329

– Puis intervient une structure resserrée sur 3 mois avec quelques salariés ou stagiaires salariés. Une première équipe gère les invitations, les billets d’avions, les modalités d’accueil en hôtels ou liées à leur séjour. Une seconde s’intéresse aux relations avec les lycées et collèges. Quelque 57 classes ont cette année participé au festival pour près de 5000 entrées, ce qui est énorme. Une troisième s’occupe des abonnements, pass limités à 800 unités afin de pouvoir satisfaire tout le monde lors du festival, en quelque lieu de programmation que ce soit,  sauf en cette soirée de clôture où les places manquent cruellement. Une quatrième prend soin des VIP, auxquels le Président adresse une lettre d’invitation ciblée aux conseillers généraux, conseillers régionaux et autres personnalités politiques, notamment municipales. Une cinquième organise les relations presse en national, international et local. Enfin une dernière, et non des moindres, démarche les partenaires, sous la direction de Jeannie Matthews en liaison avec Marc Bonduel pour les gros partenariats institutionnels étrangers et Jean-Marie Dupont pour les partenaires institutionnels français (collectivités locales).

En fin de parcours, sur la semaine du festival, outre les équipes déjà mobilisée, intervient Xavier Meyer, régisseur général qui gère toutes les infrastructures en liaison avec Biarritz tourisme et la mairie. Sur place une équipe de 30 à 50 bénévoles s’affaire. L’Aflacoba  (association franco latino américaine de la côte basque) occupe une place prépondérante en faisant découvrir notre région à tous les invités latinos qui en émettent le désir.

Et demain? Vers une délocalisation partielle?

Avec 10 à 15% d’apports locaux en nature et 40% du budget alloués par la mairie, difficile d’imaginer un festival hors de Biarritz. Voulu par Didier Borotra, il ne peut rester que biarrot, même si des accords existent déjà avec l’Atalante, St Jean Pied de Port et Urrugne. Si une véritable volonté se dessine au niveau de l’agglomération, pourquoi pas? Mais le dernier mot restera à Michel Veunac!

Dernière minute à l’heure où nous écrivons: Les prix du festival viennent d’être décernés. On pense très fort à toutes les personnes que nous venons d’évoquer!

RETOUR A ITHAQUE 2(Retour à Itaque)

Prix du festival

Abrazo du meilleur film: Retour à Itaque de Laurent Cantet (Cuba), Prix du Jury: Las Busquedas de Jose Luis Valle, également retenu en résidence artistique par Ramuntcho Matta, Prix d’interprétation féminine: Erica Rivas pour Les nouveaux sauvages (Argentine), Prix d’interprétation masculine: Hector Noguera et Nestor Guzzini pour Mr  Kaplan (Uruguay), Prix du Public: Les nouveaux sauvages de Damian Szifron(Argentine), Prix du syndicat français de la critique de cinéma: La salada  de juan martin Hsu (Argentine). Pour les documentaires:Abrazo du meilleur film décerné à Café (Mexique) avec une mention spéciale pour Poder e Impotencia, un drama en tres actos ( Paraguay) et Prix du Public pour Mercedes Sosa, la voz de latinoamerica ( Argentine). Quant aux courts, Padre (Argentine) remporte la palme tandis que TV5 Monde attribue son prix à El sonambulo (Mexique).

LA SALADA 5(La Salada)

Argentine en force donc!! Mexique suit mais Cuba se hisse en tête, même si le réalisateur reste français… Argentine à l’honneur l’an prochain???

Vous pourrez voir tous ces films récompensés demain.

Catherine CLERC, contact@magmozaik.com

 

 

This Post Has Been Viewed 21 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier