Coups de coeur

Published on octobre 19th, 2014 | by MagMozaik

0

Chuis v’nu chercher…mes trophées!

Inoubliable soirée de clôture d’un festival unique par la qualité des films en compétition, qu’on ne saurait limiter à la seule pellicule sur grand écran, mais qui englobe surtout des équipes de chair, d’os, d’âme et de questionnements multiples, dont le travail rigoureux et émouvant a su toucher spectateurs et jurés, la richesse humaine de ses professionnels chargés d’une lourde mission: départager les concurrents, le talent de ses artistes exposés, la ferveur de son public, le soutien enthousiaste de ses partenaires… Une soirée dont, chose rare, personne n’est parti avant les 3h00 du matin tant les échanges, les rencontres rares et la bonne humeur fusaient. Un after dédié à cette petite personne qui, par son courage, sa détermination et sa belle énergie a su fédérer autant de réalisateurs, acteurs, producteurs, créateurs autour de cette immense nécessité de défendre les minorités ethniques et linguistiques, Angela Mejias à laquelle tous, à commencer par sa fidèle équipe , ont voulu rendre hommage pour son anniversaire, bien que, trop émue, elle ait tout fait humblement pour s’effacer devant  ces jeunes talents auxquels elle offre un tremplin innouï! Un palmarès conforme à nos choix et pour couronner la soirée, admirablement orchestrée aux Halles d’Hendaye par les savoureuses créations culinaires du Restaurant Mickel d’Irun, la prestation d’un jeune artiste incroyablement doué, Abdel Khelil , admirable interprète de Brel dont nous reparlerons à coup sûr!

Une remise des prix haute en couleurs!

– Haute en couleurs d’abord par les incroyables petits chapeaux de fleurs, plumes et rubans qui ornaient la chevelure des femmes, membres des jurys ou de l’organisation. Le coiffeur attitré, Christophe, étant absent, il avait imaginé d’apporter ainsi sa note de fantaisie colorée et d’humour élégant à cette soirée virevoltante. Inédite également par des prix attribués, certes sur des critères très professionnels, mais aussi à travers des coups de coeur . Des lauréats très judicieusement honorés bien que le choix ait été difficile eu égard à la qualité des concurrents en lice, toutes catégories confondues. Enfin, une cérémonie sous le sceau de l’émotion pure avec un vibrant hommage rendu à la créatrice du festival Angela Mejias.

DSC_000043( Jurys et lauréats)

– 4 trophées prévus. 4 merveilleuses parcelles de mosaique dont le cristal diffractent la lumière à la manière d’un prisme, exprimant ainsi toute la diversité et la richesse des différences culturelles, ethniques et linguistiques mises en exergue par le festival. De multiples cadeaux réservés aux lauréats et membres du jury et, en prime inattendue, les fromages d’un berger des montagnes, sensible au festival, venu offrir sa contribution goûteuse à tous ceux qui défendent son identité basque.

– En compétition internationale, présidée par Nino Kirtadzé, 3 prix décernés: Un prix spécial d’interprétation récompense Laetitia Andrieu, magnifique d’émotion dans le rôle d’une enseignante proposant à ses jeunes élèves un conte pas comme les autres (La princesse Lamour Damour d’Arnaud Lalanne). Le prix du meilleur film revient,  l’unanimité, au superbe film de Ruben Sainz magistralement abouti, Pan-Demia, qui traite de la désespérance sociale générée par les temps de crise tout en gardant foi et espoir en l’être humain. Un petit bijou tout à la fois grave, pertinent, poignant et léger que nous avions déjà remarqué. Enfin mention spéciale  à notre petit coup de coeur personnel, Acabo de tener un sueno de Javier Navarro. Un film également distingué par la ville d’Hendaye dont le maire, Kotte Ecenarro, a décerné le prix, tout comme Eduardo Manet, fier de lui remettre son propre prix de Président d’Honneur. Une belle moisson très justifiée comme autant de promesses  venir.

DSC_0534( Marko et Laurent Ferrière, du jury Aquitaine- Euskadi)

– En compétition Aquitaine-Euskadi, présidée par le dessinateur de BD Marc Armspach, dit Marko: Un prix spécial réservé à Peter pan d’Imanol Ortiz, ou comment croire aux supers héros, et le prix du meilleur film attribué à Kijima Stories de Laetitia Mikles ou comment un mystérieux dessinateur enquête au Japon sur l’hypothétique rédemption d’un ex- mafieux.

– Enfin, pour le concours Euskaraz bizi nahi dut, le Kontseilua donne son prix professionnel (400 euros offerts par le festival) à Garai berriak de Koldo Almandoz et son prix amateur (200 euros offerts par Kontseilua)  à Egunero de Uxue Arzelus.

Des documentaires identitaires

– Le premier film projeté, insolent, pertinent et revigorant pose la question de la quête d’identité dans un bourg côtier où le métissage culturel fait partie intégrante du quotidien. Avec Olatua Berri, d’Arantxa Ezkerra et David Carrasco, la mairie de Pasaia, à l’origine de la réflexion, nous propose une vision plurielle et riche d’une belle diversité culturelle, voire ethnique, d’habitants que la basqu’attitude fédère désormais. Réjouissant!

– Le second film, Dans la jeunesse il y a du passé, d’Elsa Oliarj-Inès, nous laisse quelque peu perplexe par un propos non abouti à notre sens ou trop manichéen et le traitement répétitif d’une vie locale où la jeunesse tente de trouver ses marques identitaires  travers la vie d’un village où il n’y a rien d’autre  faire que succéder “tout naturellement” à ses parents et s’adonner  des fêtes du samedi soir bien convenues…

DSC_0553( Abdel chante Brel: videos à venir en insertion dans l’article)

Un after ébouriffant!



– Aux Halles de la ville, tous se retrouvaient enfin pour échanger, se retrouver, se rencontrer dans une ambiance conviviale et chaleureuse. Une douce soirée, un buffet de haute qualité quasi gargantuesque, des vins de choix mais surtout un petit phénomène musical en la personne d’Abdel Khelil dont on pourrait penser,  juste titre, qu’il est la réincarnation du grand Brel tant ses interprétations étaient bluffantes! Un public conquis, des plus jeunes aux plus âgés et un jeune homme dont on entendra très sûrement parler à l’avenir!

DSC_0550( Grande fresque de Bernie ArtCore exposée aux Halles samedi)

– Signalons enfin, au cours du Festival, une instructive rencontre professionnelle pour faire, de l’écriture à la production, avancer la diffusion de films en euskara, le vendredi 17 octobre, et, les 16 et 17, de multiples actions initiées vers les scolaires, de la maternelle  à l’école primaire. Dès l’an prochain, collèges et lycées seront concernés à leur tour.

Le 2ème Hendaia Film Festival est mort ce soir, VIVE LA 3EME EDITION!!!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

Pour nous soutenir, voir notre projet de financement participatif:http://fr.ulule.com/site-magmozaik/

 

 

This Post Has Been Viewed 90 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑