Coups de coeur

Published on novembre 3rd, 2015 | by MagMozaik

0

Boncourt, Goncourt…L’accord parfait!

Décidément, Biarritz n’en finit plus de distiller ses beaux anniversaires. 10 ans aujourd’hui qu’existe le prix Boncourt, équivalent biarrot du Goncourt parisien, décerné le même jour à la même heure sous l’égide de la Médiathèque. Un jury de 12 lecteurs détermine chaque année une présélection de finalistes dont la liste coïncide souvent avec celle de son homologue national. Dans le bel espace gourmand de Miremont, place Clémenceau, qui n’a rien à envier à Drouant, un même auteur s’est vu remettre les deux récompenses à plus de 800 km de distance!

Un prix de grande qualité

Depuis quelques années déjà, une vingtaine de lecteurs et lectrices se rassemblent régulièrement autour d’une passion commune pour le verbe, la littérature, le livre! Tous les premiers samedis du mois et les avant derniers vendredis du mois, cet étrange aéropage (dont notre amie artiste Catherine Bosser et Marie-Lou Veunac) vient partager ses coups de coeur, ses découvertes avec l’envie de se redonner le temps précieux de la lecture ou de la page tournée.

Créer un prix littéraire à la hauteur de ses prestigieux homologues parisiens était donc une évidence, une nécessité voire une urgence! Aussitôt dit, aussitôt fait avec la complicité, aujourd’hui, de Maialen Sanchez, directrice de la Médiathèque. Et quel plus beau lieu imaginer que cet espace emblématique et historique de Biarritz qu’est Miremont? Le choix du lauréat se fait à partir de la liste des romans sélectionnés par l’Académie Goncourt.

Lauréat 2015: Un choix unanime

En lice, 4 auteurs qui nous entrainent dans des voyages romanesques vers l’orient ou au coeur d’une histoire théâtrale très racinienne! Grand favori du Goncourt, Hedi Kaddoun publie aux éditions Gallimard “Les prépondérants”. Mathias Enard nous entraine dans la Vienne des musiciens avec “Boussole” (éditions Actes Sud). Tobie Nathan nous propose “Ce pays qui te ressemble” chez Stock. Enfin, l’outsider, Nathalie Azoulai porte, aux édition POL, un regard étonnant sur Racine avec “Titus n’aimait pas Bérénice”. Un choix cornélien si l’on peut dire!

Finalement les deux jurys parisien et biarrot s’accorderont sur le même lauréat, véritable coup de coeur unanime: “Boussole” de Mathias Enard. En une nuit d’insomnie, Franz Ritter, musicologue viennois revoit les moments importants de sa vie à travers des réminiscences de voyages et de colloques, d’Istanbul à Téhéran en passant par Damas ou Alep. Des rêves qui le ramènent à sa femme Sarah, érudite aventurière… Flamboyant, érudit, onirique et à lire de toute urgence!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 152 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑