Festivals

Published on mars 11th, 2015 | by MagMozaik

0

Bi Harritz Lau Xori: La culture au Pays basque et en basque

Depuis une quinzaine d’années, Biarritz Culture, en partenariat avec l’Institut Culturel Basque, organise un festival où spectacles vivants de danse, de musique, de théâtre, de cinéma se conjuguent en mode euskara. Cette année ne déroge pas à la tradition en de multiples lieux, du Royal au Colisée en passant par l’Atabal et la Place Bellevue, du 17 au 22 mars . Une Korrika culturelle en écho flamboyant de la Korrika traditionnelle, dont le départ se fera le 19 mars à Urepel pour s’achever en une multitude d’animations festives à Biarritz le 21 mars. Une jolie nouveauté néanmoins avec la BD Black is Beltza, présente au Colisée pour une première lecture projetée en basque, après une incroyable exposition à l’Alhondiga de Bilbao du 13 novembre 2014 au 8 février 2015, exposition reprise en mars 2016, comme un temps fort du prochain Bi Harritz Lau Xori. Laissez vous porter, à bord de la caravelle biarrote, par ordre chronologique, sur la vague d’un superbe écrin multiculturel qui taille en précieuses navettes ciselées la langue basque. Des événements de très haute qualité vous y attendent sur l’écume de vos plaisirs et de vos curiosités.

visuelhd

Loreak recompose la partition de 3 vies de femmes…

– Le Royal accueille le 17 mars à 21h00, en présence d’un des 2 réalisateurs (Jon Garano ou Jose Maria Goenaga), le film Loreak, emblématique d’un nouveau cinéma en euskara dont le succès dépasse largement le cadre du Pays Basque! Scénario finement écrit tout en pudeur, maitrise technique irréprochable… 2 bonnes raisons de caracoler en tête du Box Office sur notre territoire et bien au delà! L’histoire? 3 femmes, Ane, Lourdes et Tere reçoivent régulièrement de superbes bouquets de fleurs en mémoire d’êtres qui leur sont chers. Mais l’expéditeur reste anonyme. Des incursions dans leur quotidien qui bouleversera le cours de leur vie… Un petit bijou à découvrir! 2 réalisateurs issus du journalisme ou du cinéma qui, à travers leur maison de production Moriarti (2001),  produisent, depuis, des oeuvres très remarquées et primées au niveau international. Loreak vient ainsi de recevoir le prix du meilleur film latin au Festival international du film de Palm Spring 4 et fut présenté dans la sélection officielle du festival international du film de Saint Sébastien. Le premier opus en basque à concourir! C’est assez dire sa grande qualité!

Arrastoak ou le devoir de mémoire entre générations…

IMG_0339

Miren Alkala

 

– Créée en 2001 par Ainara Gurrutxaga et Urko Redondo Pescador, la compagnie Dejabu Panpin Laborategia fonde sa démarche sur une esthétique poétique empreinte de réalisme magique,  mais surtout sur un véritable travail collectif, de l’écriture à la mise en scène, accordant une grande importance à l’approche corporelle des textes . Après de nombreuses collaborations avec d’autres troupes, notamment sur Hamlet, en 2012, avec le Petit Théâtre de Pain, et au fil de moult prix glanés en récompense de leurs créations, elle a reçu en 2014, avec cette nouvelle pièce, en forme de thriller émotionnel, le prix de la ville de Saint Sébastien.

– Fil conducteur de la pièce? La mémoire douloureuse et tout se qui se tait ou ne se transmet pas entre générations.  Lur est une jeune fille qui n’a jamais connu sa mère, partie un jour sans laisser de trace. Elevée par un père reclus dans sa maison elle retrouve un jour le corps mort de sa mère. Les questions surgissent, les non-dits s’enracinent dans des silences tabous, entre tragédie et comédie…Le 18 mars à 20h30 au Colisée.

Black is Beltza…Plongée au coeur du racisme des années 60!

– Au milieu des années 60, le continent américain vivait un tumulte politique, social et artistique sur fond violent de racisme au quotidien. L’époque de Malcom X, des Black Panthers, de la Black Exploitation, au cinéma notamment, de Martin Luther King et autres Angela Davis. Une époque vacillant entre Cuba, l’Algérie, la Bolivie du Che, la dictature franquiste, la guerre froide et le Vietnam, cristallisée dans toutes ses pires caricatures par l’exposition universelle de 1965 à New York.

alderete1-660x620

– Fermin Muguruza est un musicien doublé d’un cinéaste de courts métrages et de documentaires sur des sujets pour le moins engagés, côté Palestine et monde arabe en particulier… Il voulait raconter une histoire édifiante, d’abord en film d’animation, mais très vite la BD a pris le pas! Manex Unanue est un porteur de géant de pampelune. Invité à New York, il se voit interdit de défilé car ses géants sont…noirs! Révolté, il décide, au hasard d’une belle rencontre, de partir sur Cuba pour mieux se battre contre le racisme ordinaire en d’intrépides aventures inscrites dans le contexte fort de cette époque. A ses côtés, Harkaitz cano, grand écrivain basque, compose un scénario très crédible puisqu’il a vécu dans la grosse pomme! La création graphique revenait de droit au Dr Alderete, argentin graphiste et musicien. Black is Beltza était né. Mais au delà des éditions en basque, en espagnol, en catalan ou en français, le trio décide de tenter une expérience insolite: imaginer une lecture animée projetée sur grand écran avec intervention de musiques, de bruitages ou de discours politiques d’époque. C’est l’aventure qui nous est proposée le 19 mars à 20h30 au Colisée et dont nous vous offrons un léger aperçu!! Ce soir là, la librairie Eki proposera l’ouvrage avec séance exceptionnelle de dédicaces.



L’Atabal à l’heure du multilinguisme

– Chaque année, Bi Harritz Lau Xori prend le pouls de toutes les créations en euskara et perpétue la tradition d’accueillir un groupe musical s’exprimant dans sa langue. A l’occasion de ses 50 ans de carrière le malien Kassé Mady Diabaté occupera la scène avec un opus, Kiriké, servi par 3 musiciens virtuoses des instruments africains comme la Kora, le balafon et le Ngori, Lansine Kouyate, Badie Tounkara et Ballake Sissoko. De la grande tradition mandingue le 20 mars à 21h00.

– En première partie, un événement à ne pas rater. Pour sa dernière prestation avant sa résidence de création à l’Atabal, en liaison avec l’ICB, et sa transformation en quatuor, le duo gipuzkoar folk, avec fulgurances rock, Napoka Iria, formé de Miren Narbaiza et Ander Mujika, nous régalera de ses chansons, annonçant un joli métissage culturel avec l’Afrique de Bamako…



Dantzaz Konpania, à mi chemin entre Regards Croisés et Bi Harritz Lau Xori

Trop vite disparu Mikel Laboak, chanteur, poète…épris d’une liberté aussi vaste que l’océan, inspire, en ce moment, bien des artistes et des créations à travers ses textes et ses musiques. D’Anglet à Biarritz bien des spectacles s’articulent autour de ses oeuvres. C’est le cas de Dantzaz Konpania, troupe composée de jeunes talents européens qui propose, place Bellevue, le 22 mars à 16h00, Txoriak, une pièce chorégraphique pour 12 danseurs de Josu Mujika.



Infos www.biarritz-culture.com

Catherine CLERC,magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 218 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier