Artisan'arts

Published on décembre 27th, 2017 | by MagMozaik

0

Artisanat ou artisan’art?

En cette période de fêtes, bien sûr, les cadeaux estampillés Pays Basque fleurissent un peu partout. Vous trouverez dans moult boutiques bien des objets et produits artisanaux dits authentiques, donc chers, mais relevant davantage d’un folklore touristique de bas étage, tels que piments en faïence, porte clefs croix basque et autres . L’occasion de s’interroger sur tant de pacotille et de vous parler ici du vrai artisanat, celui qui se fonde sur un vrai métier, une passion et la transmission de techniques et de savoir-faire ancestraux, de génération en génération avec un fort ancrage culturel territorial qui fait sens identitaire.

Derrière chaque artisan créateur que nous avons rencontrés en bien des disciplines plurielles, il y a d’abord un vrai métier dont la maîtrise autorise toutes les créativités. De cette maitrise là dépend la qualification d’artisan d’art. Mais où est la frontière entre l’artisanat et l’art si le critère pris en compte est la beauté alliée à la fonctionnalité dans le respect d’une culture et de traditions ancestrales? Autre critère qui rend si flou cette délimitation: le sur mesure. Comment créer un béret, un meuble, une robe, un bijou, un makila, une paire d’espadrilles, des services en faïence, des lampes ou objets de décoration en verrerie soufflée, des stylos habillés de bois, de la sellerie, des objets usuels en cuir ou du linge de maison sans le personnaliser ou s’adapter à la plus forte demande locale bien cernée et culturellement identifiée? Lise Biensan du GAAPA le dit: « Un artisan pour moi c’est un plombier, un serrurier, un électricien…Rien à voir avec un métier d’art qui sous-tend la passion de nos adhérents où une vraie maitrise technique permet tous les imaginaires et toutes les virtuosités ! » Et c’est vrai qu’un lithographe, un graveur sur pierre, un sérigraphe, un potier ou un tourneur sur bois vous offre la quintessence de créativités exceptionnelles inspirées, ici, de traditions et thématiques ancestrales constamment renouvelées et modernisées, sur des fondamentaux immuables. Nous avons interrogé deux grandes associations qui regroupent des artisans d’art de haut niveau, ancrés dans leur territoire, souvent de pères en fils ou de maîtres en apprentis devenus valeurs sûres et prisées dans tous les domaines de la vie de chacun, des besoins en décoration aux objets utilitaires et identitaires: Le Groupement des Artisans d’Art des Pyrénées Atlantiques et la toute nouvelle Association des Entreprises du Patrimoine Vivant du Pays Basque et du Béarn née en mai 2017 pour enfin valoriser tous ces fantastiques savoir-faire locaux grâce à un label national. Nous avons aussi voulu mettre en lumière quelques beaux fleurons de notre territoire en témoignages et domaines très diversifiés. Des héritiers et garants d’une certaine basqu’attitude plus florissante et créative que jamais, surtout quand on sait que chaque pièce demande entre 7 et 14h de travail, qu’il s’agisse de tissus originaux, de bérets aux gammes résolument rajeunies, d’espadrilles cousues main en innombrables motifs et couleurs, de poteries, vaisselles, faïences, somptueux objets de cuir, meubles contemporains d’inspiration basque ou sculptures de pierre, voire de verre, sans compter le fameux makila, obligatoirement fait sur mesure!  Quelle usine en ferait autant? L’amour du travail bien fait et dans toutes ses finitions subtiles. J’ai souvenir de mon aitatxi qui de l’aube au crépuscule ne se départissait jamais de son béret velouté noir assorti de son indispensable cabillou et de son makila, prompt à dénicher tous les cèpes des bois de St Pée. Je ne pouvais l’imaginer autrement qu’à travers ces symboles sensuels que sa langue décrivait en un chapelet de souvenirs de résistances, quelles qu’elles fussent, de Franco à Hitler. Un mélange explosif Elhorga/Bentaberry à l’orée de bien des devenirs culturels ici, entre Espelette et Saint Jean Pied de Port ou Ispoure qui, chaque année nous ramenait du côté de Banca, de Baïgorri  ou de la famille Arrambide, en agapes dont la petite fille que j’étais n’avait nulle conscience de l’importance, aux côtés de ce grand oncle richissime revenu d’Argentine. Car là aussi la gastronomie reste un artisan’art. Alors place à l’authenticité et à la qualité pour vous régaler de jolis cadeaux aux symboliques fortes et durables en cette période de fêtes. Ecoutez-les chanter leur passion tous ces artisans là comme autant de pépites rares  et de mémoires de notre territoire, avec un léger détour parfois vers cette dentelle d’artistes qui vont parfois au delà en créativités apposées sur quelques bérets, quelques espadrilles ou quelques faïences… Nos meilleures adresses en prime!…A suivre en quelques épisodes!

Mais, label ou pas, pour le public seuls comptent l’expertise des métiers, la qualité, l’authenticité, les savoir faire ancestraux, la notoriété afférente et l’aptitude à perdurer en belles modernisations créatives!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 45 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017