Expos

Published on juillet 1st, 2014 | by MagMozaik

Altéa : la satire est dans le collage

Au coeur du quartier Habas la Plaine à Bayonne, rencontre avec la collagiste pop-art Altéa dans un univers coloré, entre BD vintage et rock’n’roll, ponctuée par le chant du perroquet ! Une artiste engagée à tendance satirique. Elle expose tout le mois de juillet à la Thalasso Serge Blanco à Hendaye.

Où et quand travailles-tu?
Je travaille dans mon « appartelier » à la maison.  Mon salon est aménagé avec une grande bibliothèque remplie de magazines en tout genre (très bien rangé, ndlr) et une table de travail avec tous les outils nécessaires à la découpe et à l’assemblage. Je travaille chez moi car un atelier coûte cher, mais aussi, je produis beaucoup, à toute heure du jour et de la nuit, c est viscéral, j’en ai besoin!  Ici, je suis libre de créer à mon rythme. La nuit je suis dans ma bulle, c’est magique, je crée, et il n’y a que ça qui compte. Je ressens une sérénité et un calme qui m’inspirent beaucoup.Il n’y a que mes animaux qui peuvent me déranger!  Et je travaille toujours en musique.

Qu’exprimes-tu par le collage?  
Je me suis orientée vers le collage en 2009, en travaillant sur de nombreuses images que j’avais collectées. Ce mode d’expression m’a plue, et depuis je m’épanouie vraiment dans le collage. Je collectionne des vieux Marvel comics, la revue Tintin des années 60, des Paris Match années 50 ; et je viens de récupérer un stock de magazines illustrés réalisés pendant la guerre de 14-18 ! un trésor d’archives! Sinon je suis très admirative du graff et street art, ça m’inspire beaucoup, et j’en ai fait des séries.
Mais derrière l’aspect coloré et psychédélique, il y a toujours un message engagé pour certaines causes avec un goût prononcé pour la satire!  Quand des choses me révoltent, je réagis et je fais passer des idées par mon art. Les images me hantent, se stockent dans ma tête, et à un moment j’ai besoin de les faire sortir! Je parle de maltraitance, d’homosexualité, des injustices, du nucléaire ou encore d’écologie. J’ai d’ailleurs réalisé une grande fresque pour  la journée Alternatiba l’an dernier.

 

Altéa dans son appartelier. Photo AP

Tu es sur le marché de l’art depuis 2011
Oui, j’ai beaucoup travaillé depuis 4 ans. Je commence à avoir des commandes. Au départ autodidacte, je ne connaissais rien au milieu de l’art . Puis l’association  Arcad 64 m’a très bien conseillée dans mes démarches, (inscription à la Maison des Artistes en 2012) et m’a fait rencontrer tout un réseau d’artistes, car j’étais un peu isolée. Ils m’ont mis le pied à l’étrier. Ça m’a donc énormément aidé, et maintenant je m’implique, je suis au CA de l’association, et j’ai envie de soutenir des artistes à mon tour. C’est très enrichissant!

Je crée sans arrêt, et il faut vraiment s’accrocher, croire en soi, proposer de nouvelles créations, donc ça me pousse à aller de l’avant. Il faut se faire connaître des acquéreurs, être crédible et tenir dans la durée. Quand on ne fait que ça, la vie d’artiste est assez dure, donc je bataille, et ça commence à porter ses fruits. C’est une bonne période pour moi. Et puis il y a toute la partie communication, faire connaître son travail, et se mettre à nu quand on expose, c’est beaucoup d’énergie à déployer, et j’essaye de faire au mieux dans ce domaine aussi.
Exposition : du 3 au 31 juillet à la Thalasso Serge Blanco à Hendaye

www.facebook.com/pages/Altéa

http://www.altea-baionart.com/

This Post Has Been Viewed 69 Times


Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier