Actualités

Published on mai 3rd, 2015 | by MagMozaik

0

Agend’Arts: Les floraisons pétillantes de mai

En ce mois de mai, une sève nouvelle, bouillonnante, impérieuse et foisonnante irrigue avec puissance les arbres de la créativité en notre territoire, dont les essences multiple et colorées se parent de leurs plus beaux atours feuillus ou fleuris. Les arbres de mai et de liberté insolents, impertinents, s’offrent en bourgeons fiers et altiers, subtils et délicats comme des promesses de vie qui se disent expositions, festivals, spectacles, concerts ou événements inédits. Une invasion porteuse d’énergie, de dynamisme et d’émotions prêts à nourrir nos imaginaires quelque peu engourdis par un hiver néanmoins déjà riche. Entre toutes ces expressions culturelles et artistiques de haute qualité, vos choix s’annoncent donc bien difficiles! A vous d’en juger eu égard à une tel programme dense, éclectique et diversifié.

arbol-de-la-vida

Biarritz se met en Fêtes…

– Mai des Arts

Toujours sur les cimaises:

Les mystères extraordinaires des abysses hantent toujours la Cité de l’Océan jusqu’au 13 septembre. Un événement, on vous le rappelle, à ne rater sous aucun prétexte si vous l’ avez encore une fois zappé! Plus récente, l’exposition de Zee à Jazz The Glass, superbe boutique de la rue Gambetta, vous entraine dans l’univers très coloré et flashy du Street Art. L’artiste peint sur toiles, sur planches de surf ou de skate mais également sur nos murs, en compositions flamboyantes qui respirent l’air urbain de Brooklin. Les chanceux ont pu apprécier son talent lors de l’opération Art in House sur Anglet. Pour les autres, restent son atelier sur Aguiléra et un mur visible sur le BAB à hauteur de Larochefoucault juste à côté de la création de Grem’s.

04

Zee

Jean Larre, quant à lui, présente, après la Galerie des Corsaires, une belle rétrospective de ses oeuvres à l’Atabal, jusqu’au 23 mai, lieu de musiques contemporaines mais aussi de très intéressantes découvertes artistiques grâce à toute l’équipe de l’espace dont Jean Supervielle. Petit voyage vers l’orient au Musée Asiatica qui propose “Sri Lanka: Voyage sur le chemin du Bouddha” jusqu’au 25 septembre.

IMG_1738

Jean Larre

Enfin jusqu’au 3 mai, Iker Valle rend hommage à la côte du Labourd aux Serres de la Milady avec une série de toiles intitulée “Rivages-Itsasertza” en une technique fine que nous avions déjà fort appréciée mêlant crayon, encre, peinture et poussière de marbre.

11032198_1027918617237743_2451617583247453308_n

Et nouvelles cimaises:

– Du 2 mai au 16 juin, Biarritz Années Folles nous offre, dans le cadre de ses 2 journées événement du 6 et 7 juin, destinées à devenir la manifestation annuelle identitaire de la ville (on lui consacrera un reportage complet), un joli panorama de ce que fut l’ambiance émancipée et créative en diable de Biarritz de 1919 à 1929, à travers un inventaire unique de meubles, de vêtements, de photographies, de céramiques, de peintures et de témoignages d’époque, précieusement recueillis et assemblés à la Crypte Ste Eugénie. Bien des archives et collections publiques ou privées on été mobilisées à cet effet, à commencer par celles des Marquis d’Arcangue.

1511822_307857309361257_1513916604_o

Un époustouflant travail de fourmi qui dessinera-ou brossera en films- en multiples nuances pétillantes et colorées, la dimension déjà internationale et bigarrée que revêtait déjà la ville. Un délicieux téléscopage art déco où s’entrecroisaient avec harmonie les multiples mondes de l’aristocratie, de la mode, de l’architecture, des arts, du spectacle, des affaires mais aussi d’une population locale aux infinies facettes, de l’Abbé Larre à la bourgeoisie en passant par tous les petits métiers traditionnels et typiques. Un subtil  et savoureux voyage dans le temps aux parfums sépia de Chanel, de Poiret, Lanvin, Vionnet ou Patou, de Chaplin, de Guitry, de Cocteau, de Stravinski, de Joséphine Baker, d’Alphonse XIII et maintes élégantes ou belles américaines et anglaises de bonnes familles… Un tourbillon frénétique de fêtes dont les lointains échos retentiront dans la Crypte.

– A l’Atabal, du 29 mai au 5 septembre, place à Alesko, alias Exit Man, artiste polymorphe, pour une superbe exposition d’oeuvres où s’emboitent une infinité d’univers et surgissent une multitudes de personnages étranges et imaginaires! Déjà connu pour ses créations numériques et ses sculptures en matières recyclées, Alesko nous propose là ses peintures à travers une inspiration où les symboles modernes de la folie urbaine se mettent au service de la créativité insolente, graphique et souvent ludique par des techniques mixtes et multiples.

ALESKO-Level-Tsuna-mosaique-620x350

Alesko

– Vent de fraicheur et histoires de mots à la Médiathèque du 5 mai au 27 juin. La maison d’édition “Les P’tits Bérets” nous propose un incursion poétique au coeur de deux oeuvres, “Aux p’tites choses “et “Le dimanche de Monsieur Pervenche”, à travers les magnifiques illustrations d’Elisa Granowska et Mayana Itoïz.

– Au même endroit, du 5 au 30 mai, une légende de la photo et du cinéma nous livre, en photographies couleurs et images, son incroyable expérience du cinéma et du reportage. Et de fait, Raoul Coutard, chef-opérateur emblématique de la Nouvelle Vague et de Schoendoerffer, a surfé sur bien des genres et bien des pays dans les années 50 et 60. De l’Indochine au Vietnam, en passant par le Laos et le Cambodge il fut le témoin rare d’opérations militaires ou de missions ethnologiques. Une vision âpre et parfois douloureuse mais qui nous éclaire sur la richesse des peuples ainsi croisés au hasard de ses pérégrinations de fin observateur. Une exposition chargée d’émotions fortes avec, en marge, des projections de films.

– La librairie du Festin Nu, le 30 mai à 18h00 accueille Pascal Sierzputowski, dont on connait le regard photographique très particulier et les étranges supports en métal qui transforment ses clichés en véritables peintures, vient de sortir un ouvrage “poétique” puisqu’il réunit photographies et poèmes. “Secrets de murs” est paru aux éditions Elea Bizi début avril 2015 et il nous le présentera en ce lieu à la fin du mois. N’hésitez pas à visiter son site, merveilleusement bien réalisé, pour tout connaitre de son actualité en expos, projections et dédicaces jusqu’en juillet où l’Arsenal de Bayonne présentera ses oeuvres. Nous le laissons définir cette belle aventure :

secrets-de-murs“Ces murs devant lesquels vous passez regorgent de merveilles inattendues. Il suffit de regarder pour les voir. C’est ce que je fais avec le projet de les révéler en les prenant en photo, non pas que je sois un amoureux des appareils techniques et froids mais parce que c’est le seul moyen d’accomplir ma mission. Les peindre prendrait trop de temps. C’est une option que je garde pour mes vieux jours, quand je ne pourrai plus bouger de mon lit, un peu comme Matisse, toutes proportions gardées…
Après 4 années de travail, de voyages du Portugal à la frontière de l’Ukraine, un livre a vu le jour le 6 avril 2015, grâce aux éditions Elea Bizi. Il se nomme « Secrets de murs »La moitié de photos et l’autre de poèmes, pour ce que mon éditrice appelle très justement un travail « phoétique ».
Ces poésies témoignent du fait que dans mes expos les visiteurs ont toujours leur propre vision de mon image, vision qui m’est inconnue et qui diffère selon l’imaginaire de chacun.
J’ai commencé par faire écrire des gens sur une même photo pour faire part de ces divergences enrichissantes. J’ai voulu moi aussi proposer ma lecture de la photo, comme une parmi tant d’autres.
Ces lectures, ces interprétations se retrouvent dans ce livre et sont pour moi aussi importantes que les images…”

– Enfin la Galerie “nomade” Get Arty, dont on apprécie le flair artistique, récidive au Château de Brindos dès le 3 mai. Benoit Mauduech nous invite au voyage à travers son univers d’esthète pictural. Ses oeuvres, raffinées, ponctuent avec harmonie les espaces du château en toiles élégantes et épurées où les feuilles d’or rehaussent les fines couches d’acrylique.Le titre de la série, “La règle est d’or”, résume à la perfection sa démarche tout en délicatesse et nuances fines.

– A signaler également la Nuit des Musées le 16 mai à laquelle le Musée Asiatica participe activement.

– Un feu d’artifice de Fêtes!

Bibi Beaurivage nous revient en forme avec force spectacles, concours, repas, musiques ou chants du 30 avril au 3 mai avec, dans l’ordre d’apparition: Gora Bibi, Bandera au balcon (Ttipitto et Gaiteroak d’Uztaritze), un grand spectacle de rue de “Piperade Group”, les Tambours Nive Adour et Itsas Soinua Taldea, Danza y Musicas sin fronteras et Bruno “Legend Tour”. Au menu également, le repas Zikiro, le marché des producteurs fermiers du Pays Basque et la Danborrada des enfants…

image

Le Conseil de Quartier de la Négresse organise la Fête des Enfants au Lac Marion le 10 mai. L’occasion de proposer une multitude d’animations gratuites à nos chers bambins: calèche, poneys, maquillage, jeux, astronomie, nature, sciences, sport et, en prime un pique-nique des familles! Rappelons que tous les 1ers dimanches du mois le centre ville et le littoral seront désormais interdits à la circulation. Cela commence le 3 mai de 8h00 à 13h00 mais les commerçants s’y retrouveront-ils?

far_danseur_biarritz

Le festival des Arts de la Rue s’empare de la ville du 14 au 17 mai. 4 jours de folies créatives et originales en plein air, autour du théâtre, des arts forains et de la danse, pour une multitudes de prouesses acrobatiques et de bonnes doses d’humour échangées, en quelques instants privilégiés avec le public émerveillé. Nous en reparlerons mais pour l’heure, la programmation n’est pas encore connue.

gravure campet

Théâtre dans la ville. Le Versant existe depuis bientôt 40 ans. L’occasion de rappeler aux biarrots à quel point son histoire reste indissociable de la ville où bien des créations se sont élaborées en multiples lieux, souvent incongrus, telles les vitrines des Galeries Lafayette! L’occasion également de dire qu’en dépit des idées reçues, le Théâtre du Versant reste un joyau culturel inestimable de la ville, même si son rayonnement international s’affirme de jour en jour et de tournée en tournée. 4 lieux seront ce jour là investis pour une reprise de spectacles symboliques du travail international de la troupe et de son répertoire actuel, des Halles à Pétricot en passant par l’EPAD  et la place Clémenceau, dès 11h00, le 25 mai.

10686886_716319488422753_7068215932892590247_n

Le théâtre du Versant, institution de Biarritz

Le versant caracole décidément en ces mois de mai et juin! “Mai Jeunes Années” , du 20 mai au 30 juin, permet depuis très longtemps de présenter dans les locaux de la troupe aux biarrots les spectacles concoctés par les ateliers amateurs. quelque  40 représentations au total,  réunissant 2000 participants, dont 400 biarrots que gèrent avec brio les comédiens du Versant dont Samuel Jego, Virginie Salane, Brigitte Rabas ou Gaël Rabas. Toutes dates disponibles sur www.theatre-du-versant.com

– L’Atabal termine en beauté sa saison 2014/2015

Premier temps fort le 13 mai à 19h00 avec la soirée du GRETA. Un spectacle de fin d’année organisé par le stage “Technicien d’exploitation du son” de cet organisme de formation en collaboration avec l’INA et le Lycée René Cassin. Au programme, 3 formations locales récentes sur des tonalités variées allant du jazz au reggae en passant par le rock anglais et la pop indie. Vie Zzaj, tout d’abord ou la belle rencontre en 2013 de Jane, chanteuse lyrique, de Marc, l’harmoniciste aux influences blues et Luc, guitariste funk et swing. Blue Express enchaine. 4 musiciens originaires de Biarritz pour une sonorité pop énergique et colorée qui travaillent aujourd’hui sur un premier EP. Enfin I&I Livity, formé en 2009 avec 8 musiciens tendance reggae, nous inflige une belle leçon contre l’intolérance et le mépris.

img-vie-zzaj-cafe-concert-atabal-biarritz

vie zzaj

Un rap aux multiples influences rock, électro et soul, nous attend le 14 mai, à 21h00 à travers “Vibes”, second album de l’artiste dandy new-yorkais inclassable et nouveau prodige de la musique black, Theophilus London. Un passionné des costumes et de design pour sa première apparition à Biarritz. Dorian and The Dawn Riders enchainent avec un univers fantasmagorique où l’aube chasse les rayons de lune timides et aveuglants. Les percussions tribales se glissent au coeur de nappes synthétiques glaciales et de transes extatiques pour mieux échapper aux angoisses sonores nocturnes.



Autre univers en vaques mélodiques évoquant les paysages sauvages et glacés d’Islande avec Low Roar, le doux rugissement littéralement, le 22 mai à 21h00. Ryan Karazija nous propose quelque 13 titres d’une grande esthétique fraiche et lumineuse. La Compagnie des Musiques Télescopiques lui succède, après une résidence à l’Atabal du 18 au 22 mai. 3 musiciens compositeurs bayonnais nous offrent une musique électro rock psychédélique  en des sonorités saxo ou vocales stellaires et vertigineuses.

panda-valium1

Panda Valium

Grande soirée électro avec Sonotone 2.0 le 23 mai à 21h00. Etienne Jaumet, c’est Panda Valium, co-fondateur avec le collectif Moï Moï de Baleapop. Des tonalités électro-techno progressive à découvrir là. Et puis vient ensuite Lophide, réunion, début 2014,  de Wheel et Cryptical 2, producteurs et amis de longue date qui, après un premier EP en septembre dernier chez Highlife Recordings nous reviennent avec un nouveau EP chez Notion Rec.en sonorités bien différentes et rythmiques. Enfin, un petit nouveau surgi sur la scène rock électro, Kevin Jäger.

Fin de saison un brin déjanté et décalé avec Le Catcheur, la Pute et le Dealer le 29 mai à 21h00 qui accompagnerons l’expo d’Alesko!



Ailleurs…

Le Musée historique accueille un concert de jazz et gospel le 9 mai à 20h30. A l’affiche les groupes Sweety Swing et Soul&Soul. Le lendemain à 11h00, Charlotte Vanouche à la flute et Misaki Baba au piano font vibrer l’Hotel du Palais au son des oeuvres de Bach, Schubert, Listz et Saint Saëns. Enfin, le 23 mai à 20h30, Gare du Midi, grandiose interprétation du Carmina Burana, oeuvre mythique de Karl Orff, par l’Orchestre Régional Bayonne Côte Basque. 300 interprètes servent cette pièce grandiose dirigée par Eduardo Lopez avec Anaïs Mahïkian (soprano), Robert Expert (Haute-contre), David Ortéga (Baryton solo), les choeurs de l’ORBCB, Aeolia, Chantadour Xaramela, Bizi Kantur et l’ensemble Vocanti. Un grand événement à ne pas manquer! www.orbcb.fr.

– Danse et théâtre: des pépites en scène

La Journée Internationale de la Danse intervient le 7 mai. L’occasion, à 18h00 à la Médiathèque, pour le Conservatoire Maurice Ravel de proposer une création d’élèves sur des chansons d’aretha Franklin et, aux antipodes, de Nancy Sinatra plus “swinging London”. Le hall d’entrée s’improvise scène éphémère pour l’occasion avant la projection d’un documentaire de Caroline de Otero et Catherine Guillaud sur le processus de création du ballet “cendrillon” étalé sur un an.

Rendez-vous sur le Quai de la Gare…du Midi bien sûr, du 31 mai au 2 juin avec le Malandain Ballet Biarritz.

cendrillon-malandain-ballet-biarritz-olivier-houeix-13

Cendrillon, Malandain Ballet Biarritz

Fort du succès rencontré par les trois premières éditions du Rendez-vous sur le Quai de la Gare qui a vu plus de  6 000 visiteurs au sein de la Gare du Midi, le Malandain Ballet Biarritz s’est vu reconduire le soutien accordé par la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique pour organiser une 4ème édition du 31 mai au 2 juin.  L’équipe du chorégraphe Thierry Malandain a ainsi concocté un nouveau voyage pour découvrir en famille, l’art chorégraphique en plusieurs étapes entre expositions multimédias (à l’occasion des 30 ans des 19 Centres chorégraphiques nationaux), films, animations et spectacles. Chaque jour de représentation, les portes de la Gare du Midi seront ouvertes en entrée libre, quelques heures avant le lever de rideau pour une découverte de l’envers du décor. Au programme, “Silhouette”, “Nocturne” et “Estro”.  On suivra cette ouverture des coulisses avec attention. Et, en prime, dans le hall de la gare du Midi, Frédéric Bonnetain expose de superbe photos des élèves de l’Ecole de danse de La Havane, vivier du Ballet National de Cuba.

malandain_nocturnes

Danses urbaines  l’honneur avec le Zion Dance Festival Biarritz Vol 4 au Casino municipal, salle du Prisme, du 30 avril au 3 mai. Au programme un stage animé par  5 professeurs, danseurs et chorégraphes de renommée internationale (Bruce Ykanji, Guillaume Lorentz, Yaman Okur, Storm…) et, le 1er mai à 18h00, le Zion Battle of Biarritz, battle concours avec DJ Uneek et Speaker Blunt Higher. www.zion-dance-festival.com

Concours international de danse du Studio Ballet de l’USB Biarritz du 1er au 3 mai, gare du Midi. Un challenge ouvert chaque année aux 8 à 21 ans venus de multiples pays (Danemark, Norvège, Italie, Roumanie, Espagne, Pologne, Brésil, Etats Unis, Biarritz…) sous la direction artistique de Monik Elgueta.

Gael Domanger Le Labo

Gaël Domenger

Gaël Domenger, chorégraphe en charge de l’unité pédagogique de Malandain Ballet Biarritz présente le 13 mai à 20h00 au Colisée “Les Mains Libres”, par les élèves de l’option Art-Danse du Lycée Malraux, spectacle suivi le 16 mai, même heure, même lieu, par le gala de danse de l’école La Flamenquita, “Flamenco de Senora”, avec, en guest stars, Bas Deleria, Paco Carmena et Jose Jimenez.

Côté tréteaux, petite sélection made in magmozaik!

– En dehors de Mai Jeunes Années, le Versant chapeaute aussi la Troupe Prima Vista fondée par les élèves de la Maison des Lycéens André Malraux qui présentent le 19 mai au Colisée à 20h00 “L’Héritage ou Pas”, ou comment, à l’occasion de l’enterrement de l’aïeule, une famille acariâtre se révèle sous son vrai jour, des enfants au petits enfants.

– Autre univers plus poétique et tendre le 23 mai, 11h00, au Colisée,  dans le sillage de la Compagnie Arts et Couleurs qui nous invite, “Sur la corde raide”, à suivre, en un spectacle émouvant de marionnettes, l’été décisif d’un enfant qui prend soudain conscience du temps qui passe et des choses qui changent, emportant avec elles des personnes chères, telle cette grand-mère dont l’absence cruelle le métamorphose.



– L’ambiance se fait plus nostalgique et légère à la gare du Midi, le 7 mai à 20h30. Les Carboni (4 comédiens et un accordéoniste), troupe de théâtre forain, nous entrainent, en mode tendre, cocasse et décalé, au coeur de la vie parisienne et marseillaise des années 30 à 50, en un hommage musical à “L’incroyable destin de René Sarvil, artiste de Music-hall”. Un souvenir du passé rythmé par les événements politiques et historiques de l’époque.

– Cinéma et rencontres

CETAB-MEDIATHEQUE-BIARRITZ-1

La Médiathèque brille toujours autant

– En marge de l’exposition consacrée à Raoul Coutard, chef- opérateur et reporter, 2 films sont projetés qui illustrent la dimension aventurière de ce personnage hors normes. Le 21 mai à 18h00, “Hoa-Binh”, de Raoul Coutard avec Danièle Delorme (1970) met en scène un jeune garçon vietnamien qui, en pleine guerre, perd ses parents et se voit contraint de prendre soin de sa soeur en devenant cireur de chaussures. Un témoignage poignant des douleurs de l’époque. Le 22 mai à 18h00, place à Pierre Schoendoerffer avec “Là-haut”, film de 2004 où Bruno Cremer, acteur fétiche du réalisateur, s’improvise cinéaste parti à la recherche improbable d’un vieil ami de guerre thaïlandais évadé d’un camp de rééducation communiste.

hqdefault

– Les cinés du vendredi se poursuivent, toujours à 15h30. Le 15 mai, portrait doux amer et tendre d’une famille argentine sur fond de crise économique avec l’accent mis sur les relations mère-fils. Le 22 mai, Jérôme Sesquin nous propose, en documentaire une réflexion sur la construction identitaire des noirs de France sur mémoire d’esclavage, de colonisation et d’immigration, à travers “Noirs, l’identité au coeur de la question noire”. Enfin le 29 mai, “An Alé” d’Irène Lichtenstein suit le parcours de l’artiste haïtienne Toto Bissainthe, en quête de ses origines sénégalaises au fil des mots, des danses et des musiques.

– Quelques belles rencontres à signaler en variations historiques variées. Le 9 mai à 15h00, lecture publique avec Caroline Lampre, avocate, auteur remarqué d’un premier roman, “Ressacs d’ébène”aux éditions Les Perseides, qui nous propose, à travers 2 nouvelles, ” L”infante” et “L’audience de Madrid” de découvrir, à la cour du roi Philippe IV d’Espagne, les nuances picturales de Velasquez et l’imaginaire intemporel des infantes, figures irréelles et infantiles des sombres tractations d’unions diplomatiques  et matrimoniales entre pays au XVIIème siècle. Et puis, le 26 mai à 16h00, la Colombie surgit dans l’univers de Daguerre avec, dans les années 2000, ces deux photographes, portraitistes itinérants qui, de villes en villages, posent leur boite à photographie. Un documentaire sensible de J.M. Tapis-Ospina, “Doc Latino. Le voyage des derniers descendants de Daguerre”.  Signalons d’autres rendez-vous intéressants: Le Club des lectores le 27 mai à 10h30 sur le thème des auteurs censurés, les Ateliers Lecture Jeune Public tous les samedis , le Labo’philo du 14 mai à 10h30, animé par Mathieu Accor et Lionel Fauré-Corréard et enfin, cerise sur le gâteau, un conte musical proposé par Duo Blues (Gladys Amoros et Michel Foizon)le 16 mai à 15h00, autour de l’histoire de Frédérick Douglass, né esclave et devenu libre par sa volonté d’apprendre. Il fut l’un des premiers abolitionnistes notables à s’affranchir au nom de l’égalité pour tous.

demonstration-64151_640

Au Royal, Films russes à l’honneur du 6 au 12 mai, à l’initiative de l’association des Russisants de Biarritz.

– 7 films au programme en diffusions multiples, dont 2 avant-premières: ” Le souffle”, le 8 mai à 21h00 et ” Les nuits blanches du facteur” le 9 mai à 18h00, suivie d’un repas russe au Bar du Jardin. A noter la reprise d’un film culte: ” Quand passent les cigognes”.

– Signalons en vrac quelques belles affiches dont on peut retrouver le résumé et les horaires de projections sur www.royal-biarritz.com: “Blind” et “Still Alice”, avec 3 coups de coeur pour les films d’Olivier Azam et Daniel Mermet” Howard Zinn, une histoire populaire américaine”, “The Humbling” de Barry Levinson avec Al Pacino et “Taxi Téhéran” de et avec Jafar Panahi jusqu’au 5 mai, et une multitude d’autres films judicieusement choisis dont on retiendra “Une femme iranienne”, “Plaza y Zabala” ou “Trois souvenirs de ma jeunesse”.

 Bayonne, à l’heure basque, prépare ses Fêtes…en fêtes!

– Des événements notables

Bilketa, Egun on!

IMG_1890

Lancement officiel de Bilketa le 30 avril 2015

Si Biarritz met l’accent sur une numérisation urbaine intelligente, Bayonne pilote un dispositif de grande envergure, mettant à son service toute l’expertise de sa bibliothèque/ médiathèque. Le 30 avril, le portail Bilketa des fonds documentaires basques a été officiellement ouvert. Né en 2008 à l’initiative du Conseil de Développement du Pays Basque, dans le cadre du Contrat Territorial d’Etat de 2007/2013, il s’inscrit aujourd’hui dans le dispositif Contrat Territoire Lecture pour 2014/2016. Entièrement bilingue, basque et français, il ambitionne d’être la référence en termes d’accès aux gisements documentaires basques. Outil culturel et pédagogique précieux il mobilise de nombreux partenaires: La Bibliothèque Nationale de France,  le Conseil Général, le Conseil Régional, le Conseil de Développement du Pays basque, l’Institut Culturel Basque, l’OPLB, la DRAC Aquitaine et, depuis 2014, le Syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque. Voir notre article à venir en début de semaine sur cet événement majeur! www.bilketa.eus

Portail Bonnat Helleu

On le sait le Musée Bonnat-Helleu se transforme et se rénove. Fermé au public, il profite de cette période transitoire pour se doter d’un nouveau site plus performant, mieux à même de valoriser, présenter et promouvoir toutes les riches collections et activités de ce musée emblématique des Beaux Arts. Un bel outil numérique souhaité et initié par la ville de Bayonne. Nous vous en dirons davantage après sa présentation le 5 mai prochain. A suivre !

– Arts en Fêtes

IMG_1381

C215 à Space Junk

Encore sur les cimaises

La rétrospective des oeuvres de Sistiaga embellit, jusqu’à fin mai, le tout nouveau Centre Culturel DIDAM, voulu et rénové par la Ville et l’Agglomération. Cette exposition, on s’en souvient, présidait à l’inauguration de l’espace, non sans panache, et l’artiste nous avait accordé un entretien. A Txalaparta,, rue Lafitte, Maurice Clapisson propose toujours ses fines compositions tandis qu’à la Librairie du Levant Séverine Dabadie nous entraine en une errance sur le Gange dans cette Inde qu’elle chérit tant,  jusqu’au 10 mai! Rue Ste Catherine à Space Junk, C215 surfe jusqu’au 6 juin sur une “Douce France” plutôt acide,à savourer avec nostalgie et insolence

IMG_1481

Jose Antonio Sistiaga: Magistral et monumental!

Nouvelles cimaises

La galerie des Corsaires caracole en tête avec 3 expositions !

Du 2 au 15 mai, Claude Jammaerts et Isabelle Esnult composent un joli duo musical pour peinture et sculpture! Le premier, on connait son talent puisqu’il a exposé en début d’année en ce même lieu et à l’Artsenal! Inspiré , non pas par la calligraphie des Kakémonos, mais bien par le genre de support, Il excelle en peintures acryliques sur  bois, bambous, roseaux ou papiers tressés. Ces peintures peuvent ainsi s’enrouler, se laver et être, au moins pour les stores, résistantes aux intempéries. Né à Bruxelles, ce citoyen du monde très zen nous propose des oeuvres diaphanes très délicates où chaque lamelle est peinte indépendamment des autres mais en harmonie avec toutes! De l’art d’orfèvre sur une dentelle mouvante! A chaque exposition, il déroule ses “kakemonos” dévoilant  ce qui l’agite : des univers oniriques, des histoires d’amour et de haine,  des paysages minutieux enchâssés dans des perspectives instables, des compositions géométriques ponctuées de symboles, des traits d’humour…

54502340a92e8

Claude Jammaerts

Nu_dans_le_cercle_-_bronze

Nu dans le Cercle, bronze d’Isabelle Esnult

Un contraste étonnant avec les oeuvres de la sculptrice. Du bloc de terre qui prend forme sous les injonctions de ses mains, une émotion, une idée se concrétisent…Ses thèmes de prédilection touchent à l’humain et reprennent les mythes fondateurs de l’humanité. A travers des personnages stylisés représentant l’homme universel qu’elle décline, elle approche l’existentiel, la fragilité et l’absurdité de la condition humaine, ses thèmes récurrents : le temps, la métaphysique… Le cercle entoure, donne un cadre défini à la sculpture, la délimite, le vide étant aussi important que le plein…Il est intemporalité, éternel recommencement, infinitude, alpha et oméga.  Mais pour elle, c’est la passerelle lancée entre le public et l’œuvre qui est la plus importante.

????????????????????????????????????

Pierre Ballue, Marine

les_bles_-_Huile

André Goupille, Les Blés, huile

Du 16 au 29 mai, autre décor, autre univers avec André Goupille qui met en scène ses oeuvres et celles de son arrière grand-père Pierre Ballue, artiste peintre tourangeau de l’Ecole de Barbizon et du Crozan. Attiré de bonne heure vers la Peinture, Pierre Ballue se spécialisa dans le paysage et exposa pour la première fois en 1875 à la société des Artistes Français et chaque année depuis cette date jusqu’à sa mort survenue en 1928.  Il obtient une  médaille de bronze en 1891, à l’Exposition Universelle de 1900 et enfin une médaille d’or en 1911 avec un grand tableau de la forêt de Fontainebleau qui est maintenant au Musée de Châtellerault (86). Aujourd’hui hommage lui est rendu en “Arborescences”, comme une belle évolution de génération en génération d’une même famille. L’arrière petit fils a de qui tenir en matière de talent!

h6 g1

Enfin, du 30 mai au 12 juin, le collectif de l’association MoiAussi propose 5 artistes haïtiens, peintres de la rue et des temples vaudou, qui appartiennent au courant des primitifs modernes. Les “vévés, symboles magiques de la tradition vaudou s’installent au coeur de toiles au style naif et de forte influence surréaliste. En marge de l’exposition un débat-échange le 6 juin autour des “Restavek”, soit 300 000 enfants très pauvres placés en d’autres familles dès l’âge de 6 ans dans des conditions d’esclavage. L’association dénonce cette aberration des temps modernes! www.galeriedescorsaires.blog4ever.com

Le microcosme

IMG_2053

Notre petite galerie gourmande de la rue Pannecau n’en finit pas de nous étonner. QG de nos interviews et de belles rencontres avec nos amis artistes, dont Claude Billès ou Alesko, elle expose du 1er au 31 mai Alberto MC. Fasciné dès son plus jeune âge par les crayons de couleur, il suit à Salamanque une formation de peintre durant 5 ans mais renoue vite avec le dessin à Madrid. Arrivé en France, il nous emmène désormais dans un imaginaire de papier et de crayons aux tracés fins, délicats et magifiques! N’hésitez pas à y aller juste pour le plaisir des yeux et des papilles car les pâtisseries  de Sophie valent autant le détour que les choix artistiques de Laurent pour le moins avisés!

– “Ailleurs” du 5 au 12 mai.

Les élèves des cours d’adultes de Tanguy Samzun présentent leurs travaux sur le thème de l’ailleurs, voyages géographiques ou au coeur de l’humain, à la galerie de la Cité des Arts qui regroupe l’ISA, l’ORBCB et le Conservatoire Maurice ravel. Des parcours dans le réel ou l’imaginaire à découvrir.

Festival des artisans-créateurs du 1er au 3 mai, de 10h00 à 19h00

IMG_2022

Julien Goul plus aérien que jamais . Belle osmose de l’oeuvre et cadre non?

Le Cloître de la Cathédrale de Bayonne accueille à nouveau le Groupement des Artisans d’Art des Pyrénées Atlantiques, plus communément dit GAAPA! Défilé de mode dans les rues de Bayonne, concert de jazz le 3 mai, concours de peinture les 2 et 3 mai et atelier de calligraphie pour les enfants… Bien des façons de découvrir l’artisan’art en multiples spécialités de travail sur bois, verre, textile, cuir, métal ou terre, entre autres. Près de 30 professionnels dont notre ami Julien Goul, présent à travers ses sculptures élancées et nerveuses. www.lecloitre.org

Nuit des musées le 16 mai.

CM_222_LB

A l’occasion de cet événement national et pour mieux valoriser son nouveau site, le Musée Bonnat-Helleu nous propose ce soir là une belle aventure théâtrale.La Compagnie Le Bal de Saint-Bonnet nous invite, dans le patio de l’établissement, à découvrir le triptyque d’Henri Zo, “Léon Bonnat et ses élèves basques et béarnais”, peint en 1913. Une manière insolite de mieux connaitre l’homme en 3 représentations de 45 mn, de 19h30 à 22h00 (réserver est préférable)

– Toutes les routes du chocolat mènent à Bayonne les 15 et 16 mai! (reportage à venir)

Voilà une belle occasion de se plonger dans les racines métissées d’un fin et succulent produit venu, comme le piment, des Amériques de Christophe Colomb. Un voyage dans le temps où les galions chargés de ces fèves précieuses apportaient en nos rivages ces belles pépites des papilles embarquées au pays des mayas ou des aztèques, à Abidjan, Java, Belo Horizonte ou au Cap Vert. Des routes odorantes sillonnant le monde entier pour offrir à Europe son fin nectar. Des routes du danger parsemées alors de pirates, de tempêtes et de plantations où le travail acharné des hommes croisait souvent celui des esclaves en de mêmes itinéraires souvent. Des routes aussi d’exil pour ces marchands juifs portugais réfugiés à Bayonne et qui implantèrent là l’or noir du Pays Basque.

P1060617

Jean-Michel Barate, Président de l’Académie du Chocolat

Parvis du DIDAM, tout d’abord une belle exposition: “Le chocolat, une belle histoire bayonnaise”. Au XVIIème et XVIIème siècles, le port de Bayonne était une importante plaque tournante d’échanges entre le sud et le nord de l’Europe. Bien des produits précieux, du drap à l’or ou l’argent en passant par le cacao ou les épices transitaient pas ses quais. Une activité qui favorisa la solide implantation de l’artisanat chocolatier dans la ville, qui au fil du temps, aboutira en 1993 à la création d’une Académie du Chocolat. Une belle incursion gourmande dans l’histoire de la ville à ne pas rater.

Autre plongée dans l’univers des “Eclats de chocolat” avec le photographe Cédric Pasquini, 9 rue des Gouverneurs, qui nous entraine dans les coulisses des chocolatiers.

Group of chocolate

Les 15, 16 et 17 mai, petit détour vers le Musée basque et de l’Histoire de Bayonne, 37 quai des Corsaires à la découverte de multiples objets servant à la fabrication du chocolat et, dans la boutique, d’une recette spécialement créée pour le Musée par les chocolatiers de la ville.

2  et de belles rencontres: Le 15 mai à 17 h00, le célèbre critique gastronomique Perico Légasse vient défendre notre patrimoine gastronomique au Théâtre de Bayonne. Le 16 mai de 16h30 à 18h00, galerie de la Rue en Pente, séance dédicace de Frédéric Aribit pour son ouvrage ” Trois langues dans ma bouche”.

Et partout dans la ville, la rencontre des plus fameux chocolatiers de Bayonne ou dépositaires pâtissiers et la dégustation, dans 27 restaurants, de délicieux desserts chocolatés. Enfin, chez les commerçants quelques animations fort goûteuses:Chocolats offerts pour tout achat, petit quizz sur l’histoire du chocolat, chocolat chaud offert aux enfants et les 15 et 16 mai de 11h00 à 13h00 et de 15h00 à 19h30, la dégustation de belles alliances entre vins ou portos et chocolat, 1 rue Bernadou. Moult ateliers et animations musicales émailleront ces journées également.

Le-blog-Philip-Plisson

Le Belem

Pour les férus d’histoire, le 16 mai à partir de 16h00, déchargement d’une cargaison de cacao depuis le splendide “Belem” avec visites du navire les 16 et 17 mai de 10h00 à 18h00. Toutes infos sur www.bayonne.fr

– La Luna Negra

Les 6 et 7 mai à 20h30, tous les mécomptes de contes en versions revisitées par les frères Collodi, Carlo et Grimm sur le mode décalé, un brin déjanté et humoristique, nous ra-“conte”-nt les après fins de nos histoires d’enfance! Un pur régal de savoir que les nains fondent un fan club “je chante dans ma barbe” inspiré de ZZ Top, que le loup triomphe à Broadway dans une version musicale de Pierre et le Loup ou que Blanche-Neige finit par voter Chirac en 1995…” Il était une fois…La vraie histoire “ déménage ferme!

29.04_au_07.05.15_-_IL_ETAIT_UNE_FOIS_..._LA_VRAIE_HISTOIRE_-_L_ABSCONSUS

En partenariat avec l’Institut Culturel Basque, les 8 et 9 mai à 20h30, les soeurs Léa et Laura Etchegoyhen nous invitent dans un univers métissés de chants souletins, catalans, français, ou yiddish. Du pur bonheur a cappella.

13 au 16.05.15 - Thierry MARQUET

“Cherchez pas le titre…c’est Marquet dessus”, du 13 au mai à 20h30, nous entraine dans un monde d’humour grinçant et corrosif survitaminé. Mentaliste (métier d’avenir à fort potentiel), il est aussi covoitureur (t’as un peu raté la sortie d’autoroute là… Forcément ça rallonge). Fan de Patriiiiiiick (qui a le droit ? pas lui en tout cas !…), il nous initie aussi à la cigarette électronique (à quand l’eau et le thé dans la même gamme ? Pour vap’eau’thé encore plus tiens). On l’aura compris, voilà une belle étoile montante du rire en mode incisif et intelligent!

Dans le cadre de la seconde édition du “Printemps de l’art et de l’entreprise”, en partenariat avec et à la Chanbre de Commerce et d’Industrie de Bayonne Pays Basque, battles de hip-hop et ring d’improvisation le 21 mai à 20h30. Ce spectacle unique est présenté par Gilles GAYOSO, Mister 100 000 Volts des Impros et par Tony Le Guilly, danseur et chorégraphe de l’association bayonnaise STREET ART … que du bonheur !!!Le lendemain Austin Blues Band, autour d’un répertoire blues-rock-folk (Clapton, Hendrix, Rolling Stones, Chuck Berry, JJ Cale, … et Neil Young), en s’autorisant de plus en plus de compositions.

2014-PHOTOS-0759

Arta Théâtre

“J’y crois pas” le 28 mai à 20h30 par l’Arta Théâtre. Ils sont tous réunis autour d’un lunch après l’enterrement du grand patron. Entre la famille, les employés et les pique-assiettes, ils se remémorent sa vie. Mais les choses ne sont pas ce qu’elles paraissent et la fin nous réserve bien des surprises. Drôle, troublant, on passe du présent au passé et réciproquement, tous les ingrédients du suspens sont réunis.

Enfin les 29 et 30 mai à 20h30, la Compagnie du Bailaor flamenco Juan Ramírez nous propose “Mas Flamenco que el tacon”, flamenco gitan et fougueux, à l’état pur.

– Danses et musiques

1c6e6e9eee

Transes en Danse

Le 13 mai de 20h30 à 22h30, au Théâtre de Bayonne, l’association Transes en Danse propose en 5 couleurs, 5 sens, 5 continents et 5 éléments, le travail de ses élèves, du Modern au classique en passant par le Jazz.

Le 22 mai à 20h30 et 22h30, même lieu, “Coquilles en exil”, spectacle Educazep. Trois établissements du réseau d’éducation prioritaire de Bayonne se sont engagés dans un parcours de sensibilisation au spectacle vivant. En complément des spectacles vus par les élèves en partenariat avec le réseau d’éducation prioritaire et la Scène nationale du Sud-Aquitain, le théâtre du Rivage anime des ateliers de pratique théâtrale tout au long de l’année. Les enfants des écoles Charles Malégarie, Jules Ferry et Jean-Pierre Brana, investiront la scène du théâtre de Bayonne pour présenter leur spectacle de fin d’année.

L’Accat à Strophes de  Turboméca présente, le 29 mai à 20h30 et 22h30,leur version des “Dix petits nègres” d’ Agatha Christie. Frissons et rires jaunes garantis!

Enfin les élèves de l’association C’Danza proposent le 30 mai à 20h30 et 22h30 leur spectacle de fin d’année sur des notes Modern Jazz.

Salle Paul Vaillant-Couturier au Boucau, le 7 mai à 20h30, la Scène Nationale du Sud Aquitain nous offre un petit bijou musical en la personne de Nosfell, artiste lumineux qui sort d’une longue tournée du spectacle Octopus de Philippe Decouflé dont il a signé et interprété la musique. Il présente son dernier album aux mélodies luxuriantes et aux univers fantasmagoriques, “Amour massif”, sorti en février 2014. Nous lui consacrerons un article. Ecoutez le, sa tessiture vocale est stupéfiante d’émotion!



Anglet vit des ” Jours Heureux”…

– Côté arts, des expositions incontournables

Time after time se poursuit à la Villa Beatrix Enea. Une exposition en d’infinies subtilités de 4 artistes qui jouent sur l’intemporalité réelle ou imaginaire mais aussi de vestiges d’un temps qui passe et nous renvoient au questionnement sur nos propres identités. Fin, délicat, comme des poussières de mémoire disséminées  en un superbe espace historique .  Un bel événement dû à La Maison de François Lousteau jusqu’au 6 juin, date à laquelle un soirée se déroulera à l’occasion de la journée de l’archéologie.

IMG_1575

Au patio de l’hotel de ville, autre ambiance avec l’univers fort, coloré, tout en mouvement et expressionniste de Jean-Luc Labat. Des oeuvres à découvrir jusqu’au 15 mai.

jean-luc-labat

– Les Jours Heureux à Baroja, les 9 et 10 mai de 10h00 à 19h00

AFFICHE FESTIVAL 2015 -création Nicolas Barrome Forgues

Tous les espaces du domaine de Baroja se mobilisent à l’occasion de cette fête destinée au jeune public et aux familles retombées de fait en une enfance salutaire et ludique.  26 compagnies participent à cet opus 2015 pour des spectacles destinés au plus large public inter-générationnel, de 18 mois à …107 ans peut être, qui sait? Salle du Centre de Loisirs, salles Zingaro et Babieca des Ecuries, le Château, le chapiteau, le réfectoire ALSH mais aussi tous les lieux du domaine en plein air (Parc, pigeonnier, terrain de basket, entrée ou esplanade des Ecuries) s’offrent aux visiteurs en multiples animations ou spectacles soigneusement sélectionnés par les services culturels de la Ville et la Scène Nationale dont c’est la première collaboration.

Festival Jours Heureux -Boubacar

Le dispositif d’accès aux spectacles? Très simple! Un pass permet d’accéder à tous les spectacles et toutes les animations proposés. Mais à l’intérieur, à chacun, en fonction des envies, de s’inscrire aux représentations données, car les places restent limitées, malgré la multiplication des représentations pour chaque spectacle. En attendant votre tour, vous pouvez déambuler dans le domaine au gré de vos fantaisies en compagnie de Figaro, monsieur Loyal habitué des lieux, dont les tours de magie émerveillent les plus impatients ou incrédules!

Festival Jours Heureux -Hecho en casa -photo Guy Labadens

L’affiche? Nicolas Barrome Forgues, que l’on connait pour avoir réalisé la pochette du premier CD de Old School Kunky Famili, sorti le 10 avril, l’a composée avec toute la fraicheur ludique de son talent. un univers qu’il décrit comme « un mélange de martiens, de carottes, de vortex, de Bob l’Eponge, de Salvador dali, de pop culture, de poulet gnocchi, de Godzilla et…de chiens! » Un artiste en parfaite harmonie avec le festival, dont il est le parrain, où il réalisera, sur 2 jours, une performance en direct sur un vaste panneau de 6,5m sur 5 de 10 à 19h00. Il a prévu la grande échelle, rassurez vous! Et pour toutes les animations et spectacles voir notre article http://www.magmozaik.com/heureux-qui-comme-enfant/ ou www.anglet.fr

d75c279d9b

– Enfin jusqu’au 3 mai, la Maiada, moment festif autour des cultures gasconnes,  organisée avec l’association Aci Gasconha pour chanter, danser, écouter gascon et déguster ” lo pais”… Programme réalisé en partenariat avec le Collectif ça-i.

– Théâtre du Quintaou, les 4 et 5 mai à 20h30, “Fin de série” de Denis Athimon et la bande du Bob Théâtre. James Bond revisité, voilà un mythe malmené qui mérite qu’on s’y intéresse. Un parodie décapante qui présente un agent secret 007 en plein déclin! Héros  vieillissant,  il n’attire plus guère les femmes, naguère magnétisées par sa seule présence …et son Aston Martin, avouons le, sans compter ses gadgets pétaradants qu’il n’arrive plus à faire fonctionner. Après 50 ans de bons et loyaux services , au service justement de Sa Majesté, le voilà qui s’essouffle et s’interroge sur la pénibilité de son travail! A quel âge doit on prendre sa retraite sans renoncer à la vodka martini avec olive? Telle est la destinée que relate cette pièce loufoque et délicieusement surannée, tout en dérision…

Thumb-SNBSA-600-1

Hendaye au diapason du métissage culturel

Ville frontalière s’il en est, Hendaye surfe sur la vague d’échanges culturels et artistiques transfrontaliers et transversaux. Mendi Zolan et Les Variétés accueillent la plupart des événements.

– Musiques aux antipodes

le 12 mai : Orgue et musique sacrée en l’Eglise St Vincent – Entrée libre Elèves du Conservatoire Maurice Ravel. Avec les Amis de l’Orgue et le 28 mai à 20h30 : “Danses du Monde” par les élèves du collège Irandatz aux Variétés.

edorta-subujana-ciudad

Edorta Subijan, une certaine vision de la ville

Un duo de saxophonistes étonnant le 14 mai à 20h30 aux Variétés. Le duo Ker Ker (Iker Martin et Eric Lenormand) nous proposent une création où leur univers musical rencontre avec élégance celui de l’architecte-vidéaste Edorta Subijana. Dans Sinestesia, l’espace scénique devient un terrain de jeu où les images, la lumière, les mouvements et les sons s’entremêlent, s’entrechoquent, se complètent et se reflètent, au gré des œuvres musicales. Les oeuvres sélectionnées par Ker Ker reflètent l’intérêt des musiciens pour l’éclectisme et la diversité à travers des sources d’inspiration sont variées allant du hip-hop à la musique traditionnelle en passant par le jazz, la musique contemporaine et les musiques électroniques.Une étonnante composition qui se réfère à un phénomène neurologique bien connu la synesthésie, par lequel deux ou plusieurs sens sont associés. Par exemple, la musique et d’autres sons ainsi que les nombres, jours de la semaine et mois de l’année peuvent être perçus colorés, ayant une forme particulière ou une disposition spatiale particulière… Curieux parallèle non? Ce projet a bénéficié d’une aide à la création du collectif Bitamine Faktoria, de Irun.

– Côté expositions

Un joli regard croisé d’artistes à Mendi Zolan jusqu’au 16 mai. L’occasion de découvrir une belle partition graphique , picturale  et sculpturale en multiples supports d’expression.

expo-croisée-2

Du 26 mai – 20 juin, place au Photo Club Hendayais sur Mendi Zolan

– Mai du Théâtre.

Mais l’événement majeur de ce mois reste la 31ème édition du” Mai du Théâtre” proposé par Les Chimères du 21 au 24 mai, en de multiples lieux de la ville. Un rendez vous incontournable avec près d’une vingtaine de Compagnies originales et de 3 spectacles des ateliers « Chimères » de Mendi Zolan. Nous y consacrerons un reportage!hendaye2015-A5

www.hendaye-culture.fr et www.theatre-des-chimeres.com

Saint Jean de Luz à l’heure flamenca!

– Le 21ème Festival Andalou, les 23 et 24 mai.

Cette superbe fête est animée par les écoles de danses sévillanes de la ville de Saint-jean-de-Luz qui mettent à l’honneur les danses du sud de l’Espagne. Les moments forts de la fête? la Messe Andalouse le dimanche matin en l’église Saint-Jean-Baptiste et la sortie sur la place Louis XIV. Côté festif, les Casetas sont le rendez-vous du festival le long de la baie de Saint-Jean-de-Luz au pied de la colline Sainte-Barbe. Danses, musiques, restauration… Jusqu’au bout de la nuit…Cette année, la Scène National du Sud Aquitain propose deux spectacles au Jaï-Alaï, Gitana Andaluzas, le 23 mai à 20h30  et Imagenes, ballet flamenco, le 24 mai à 20h30.

Thumb-SNBSA-600-1

Gitanas Andaluzas réunit 3 gitanes flamencas, véritables icônes en la matière! Concha Vargas incarne la grannde tradition de la danse flamenca. Sa danse typée, authentique, flamboyante et sensuelle laisse la part belle à d’étonnantes improvisations. A ses côtés un autre symbole fort du chant de Jerez, la danseuse et chanteuse Juan Fernandez de Los Reyes, alias Juana le del Pipa, célèbre gardienne également de la tradition. Enfin, la chanteuse Tomasa Guerrero, alias La Macanita, complète le trio en des sonorités fiévreuses chargées d’émotions, tour à tour festives, tragiques, langoureuses ou révoltées. Un grand moment d’incandescence où la pure tradition gitane s’exprime en une riche palette nuancées de sensibilités.

2c4ba63f29

Pour ses 20 ans, le Ballet Flamenco de Andalucia ( direction Mario Paya, Maria Pages, Jose Antonio, Christina Hoyos et Rafaella Carrasco), véritable ambassadeur du flamenco dans le monde entier, présente, en première mondiale, sa nouvelle chorégraphie ” Imagenes”. Un spectacle rétrospectif de l’histoire du Ballet en multiples évocations fines, sensibles et créatives du chemin parcouru par la troupe pour imposer au plus haut niveau le flamenco, symbole puissant et incarnation vibrante de la culture et de l’âme andalouses. Une composition due à Rafaella Carrasco. (article à venir!)

292ee010f2

– Côté Arts

Belle expo à la Rotonde avec en plus du travail de Sébastien Ponté et de Jean Marie Salanié, un autre artiste plein de talent Léo Dubarbier… À voir jusqu’au 17 mai. A La Rotonde Saint Jean De Luz.

1779343_10204575642705044_8598508433795296708_n

Jean Marie Salanié

Voir aussi http://www.magmozaik.com/une-journee-avec-un-duo-en-harmonie/

XARNEGUEGUNA-AFITXA-2015-WEB (1) - copie affiche pour bidache

Nous n’avons, hélàs pu parler d’événements qui s’achèvent le 3mai, date de publication de notre Agend’Arts et une inconnue demeure: Y aura-t-il un parcours d’artistes sur Bayonne cette année?

Nous aurons sans nul doute l’occasion de compléter cet Agend’Arts pour peu que nous parviennent les informations tardives, un brin trop tardives… Bon courage pour remplir vos agendas et vous concocter un programme artistique, culturel et festif!

Catherine CLERC,magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 751 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier